Good Boys

Seth Rogen (et ses copains producteurs) continue de sonder la libido de la société américaine. En trainant avec des enfants, il finit par tourner en rond…

Le comédien produit tout ce qui tourne autour du sexe. Et le tourne aussi à la dérision. Cela marche très bien avec Superbad et ses adolescents pathétiques. Cela devient lassant lorsque l’on est obligé de suivre trois autres gamins, beaucoup plus jeunes.

Ils rentrent en 6e mais ils entendent et constatent bien des choses étranges autour d’eux. Ils glissent doucement vers le terrible changement de l’adolescence mais ils restent encore innocents. Le trio va néanmoins être confronté au monde des adultes en tentant de se rendre à une soirée…

Du cul, du cul, du cul! Le film se veut une comédie trash avec des enfants mais ce n’est pas très drôle. Il y a bien deux ou trois moments où l’on retrouve l’impertinence de ce type de productions. Même quand c’est raté cela reste intéressant. Cette comédie en dit long sur l’hypocrisie américaine, la sexualité déviante et le terrible décalage entre le fantasme et la réalité.

Nos trois bambins ont encore un regard d’enfants sur les moeurs pour le moins curieuses des plus grands. C’est complètement crétin mais hélas, les héros n’ont pas beaucoup de charisme et tombent dans le piège du scénario particulièrement paresseux, au point lui même d’être assez hypocrite. Tout ceci n’est pas si trash. C’est juste ennuyeux et ca sent la redite ! Va falloir grandir un peu!

Aevc Jacob Tremblay, Brady Noon, Keith L Williams et Molly Gordon – Universal – 21 aout 2019 – 1h30

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.