F(l)ammes, Ahmed Madani, Maison des métallos

 

Dix femmes sur scène, dix femmes qui ne répondent pas à la vision de la « française de souche », dix femmes qui questionnent notre rapport à l’identité. A travers des anecdotes, des contes, des histoires, ces femmes nous démontrent que nous sommes des êtres mosaïques.

En effet, nous ne sommes pas nécessairement ce que nous représentons visuellement pour les autres. Nous décidons de montrer certains aspects de notre personnalité. Le jeu du cache-cache identitaire est complexe, d’autant plus quand nous en apprenons parfois les règles en cours de jeu. Pour ces femmes, le poids du visible prend très souvent le pas sur l’identité individuelle. Elles sont d’origines maghrébines, africaines, antillaises et se revendiquent d’ici et d’ailleurs.
Entremêlé au questionnement de l’identité, le questionnement lié à la féminité est tout aussi grand et important. Le rapport à la féminité est différent selon les cultures, les combats rencontrés également. Certains sujets sont tellement tabous qu’ils n’ont pas le droit d’être cités. Certains sujets sont lourds et pesant. Mais entre toutes ces femmes, une même force les unies. On les voit s’épanouir sur scène, elles crient, elles débâtent, elles sont vivantes. Elles nous électrisent !

En tant que public, ces témoignages sont perçus comme véridiques. La frontière entre le jeu et la vie réelle est difficile à percevoir tant les comédiennes sont touchantes par leurs récits. Si on pouvait être lassé par la monotonie de dix histoires qui s’enchainent, on peut compter sur la mise en scène qui nous réveille. Je ne peux vous en dire plus !

Jusqu’au 29 octobre 2017
Maison des Métallos

Auteur: Rebecca Bory

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.