Demi Soeurs

Portrait simple des jeunes femmes trentenaires qui peuplent Paris. Un peu trop Femme Actuelle mais souvent charmant.

Lauren vit dans un rêve: elle se voit en styliste à Paris. Elle a dû mal à joindre les deux bouts en réalité et vit un calvaire dans le milieu de la mode et des décideurs. Salma est professeur dans une zep. Courageuse, elle a tout de même du mal à lacher sa famille. C’est le cas aussi de Olivia qui rêve de l’homme parfait et veut sauver son père de la dépression.

Elles ont la trentaine et encore beaucoup de rêves. Le destin leur joue un drôle de tour: un père en commun qui disparait et la propriété partagée d’un appartement dans le 7e arrondissement. La cohabitation n’est pas facile mais petit à petit, les jeunes femmes vont faire tomber leurs préjugés et s’aider mutuellement…

Dans la forme, nous sommes bel et bien dans la petite production française qui ne prend pas de risques et qui fait tout pour être programmé à la télévision en prime time. Les réalisateurs Saphia Azzeddine et François-Régis Jeanne sont sages. Bien trop sages lorsqu’on apprécie le pitch de cette comédie parisienne.

Car il s’agit bien de Paris et ses femmes! Le film observe simplement la citadine, ses réseaux, ses failles et ses barres de rire. Pour le coup, le casting est parfait: le film doit être vu pour le trio de comédiennes qui d’habitude ont des rôles plus anecdotiques au cinéma. Sabrina Ouazani, découverte dans l’Esquive il y a des milliers d’années, confirme une fois de plus son incroyable charisme. Alice David échappe aux clichés sur la potiche pétasse. Charlotte Gabris fait un festival comique en toute discrétion.

Entre elles, le courant passe et c’est bel et bien ce qui sauve le film du pur produit de consommation. Grace à elles, le film passe bien le message sur les femmes d’aujourd’hui. Sans être girl power ou féministe jusqu’à l’obsession!

On aurait aimé un peu moins de situations vaudevillesques et un peu plus de sensibilité mais on est sous le charme. Au delà du discours sur le vivre ensemble, il y a aussi un trait sur la solitude moderne et le besoin d’appartenance. Mais il s’agit d’une comédie légère. Elle n’en fait pas trop. Elle permet à des actrices de briller. Non franchement, il ne faut pas bouder son plaisir quand il est là!

Avec Sabrina Ouazani, Alice David, Charlotte Gabris et Patrick Chesnais – SND – 30 mai 2018 – 1h40

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.