De pierre et d’os

Voyage au pays des Inuit. Etrange récit et beau périple poétique.

Bérengère Cournut aime l’exotisme. Son premier roman nous faisait voyager chez les Amérindiens. Une immersion totale. Cela continue avec une nouvelle tribu dans le Grand Nord. Bienvenue chez les Inuit.

L’auteur ne va pas par quatre chemins. C’est une plongée radicale dans un univers si lointain et si proche de nous en même temps. Car l’âme des hommes est hantée par les mêmes démons. La civilisation ne cache pas nos misères existentielles qui se racontent ici de manière primitive.

Mais pas primaire. Bérengère Cournut suit le destin de Uqsuralik, une jeune eskimau qui va devoir survivre dans un monde froid et hostile. Loin de son clan, elle va apprendre la dureté du Monde et surtout elle cohabitera avec des hommes ambigus et une nature omniprésente jusque dans ses rêves et ses doutes.

Bérengère Cournut a visiblement fait des recherches et le récit d’une jeune femme perdue va s’entrecouper de poémes et de chants. Ils offrent un écho flamboyant et une profondeur étonnante à l’histoire. L’odyssée glisse vers une mythologie que l’on connaît peu et qui finit par nous charmer.

C’est totalement déroutant. Mais Cournut nous ouvre une porte sur l’inconnu. Et nous montre à quel point on peut en être proche.

219 pages – le tripode

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.