The Helio Sequence
Juin03

The Helio Sequence

Ce n’est pas désagréable mais ce n’est jamais vraiment nouveau. Ils pourraient être plus, ce serait pareil. Leur duo n’apporte pas grand chose au rock alternatif sauf des jolies chansons, bien foutues mais pas inoubliables. ils ont travaillé durant tout un mois de manière ludique pour sortir les meilleurs morceaux possibles.

Read More
Au pays d’Alice…
Nov20

Au pays d’Alice…

Maalouf et Puccino revisitent donc à leur manière le célèbre conte, raconté si souvent. Il apporte toute l’ambiguïté du texte, entre rêverie et cauchemar. Les mots sont plus secs (la chenille devient une étrange dealer) mais révèlent l’inquiétude qui se cache derrière le texte de Caroll. Le résultat est baroque et bien barré.

Read More
L’une et l’autre
Oct21

L’une et l’autre

En concert guitare voix, La Grande Sophie reprend certains de ses titres cultes et invite même parfois Delphine à la suivre. La version acoustique de Quelqu’un d’autre et On savait donne des frissons. On rêve de leur enregistrement studio à venir…

Read More
L’Or d’Éros / Arthur H et Nicolas Repac
Avr14

L’Or d’Éros / Arthur H et Nicolas Repac

Arthur H, Nicolas Repac et Eros, le trio dionysiaque L’Or Noir proposait de retrouver les auteurs de la négritude dans un volume musical envoûtant, L’Or d’Eros présente avec audace la poésie sexuelle du XXe siècle. L’exercice pourrait être déplacé : comment passer de la lecture intime et personnelle à la lecture musicale? Comment ne pas passer à côté du texte et de l’essence des mots assemblés par l’auteur ? Comment ne pas lasser ou heurter l’oreille ? Dans une variation musicale cinématographique de 47 minutes, Arthur H et Nicolas Repac relèvent très adroitement le défi des mots et des images. Que le langage soit poétique au cru. Le choix des auteurs est judicieux. On est très heureux de retrouver Pierre Louÿs, Apollinaire ou George Bataille, chantres d’un érotisme si sulfureux qu’il leur a valu d’entrer dans le célèbre Enfer de la Bibliothèque Nationale de France, cet “endroit fermé d’une bibliothèque où l’on tient les livres dont on pense que la lecture est dangereuse”… Parmi les réussites, l’adaptation des textes du poète roumain Ghérasim Lucas, trop méconnu. Prendre corps est juste sublime. Un pur bonheur. La voix de H et la musique de Nicolas Repac ouvrent une nouvelle dimension. Quant à la narration de Roman d’amour, elle offre à l’auditeur la possibilité de voyager et de penser au rythme des mots. Une mélodieuse cadence, sensuelle, au bord de la folie, obsessionnelle, savamment orchestrée. Une chute horizontale animale prolongée par le poème de Joyce, Lettre à Nora, 2 décembre 1909, qui bascule soudainement dans la pornographie. Plus rose que rouge, le duo avec Lou Doillon apporte une fraîcheur décadente et gainsbourgienne à l’ensemble. Décomposé en deux parties, le poème de Breton et d’Eluard, Amour, prend des accents de kamasoutra poétique humoristique, entre coquinerie et inventaire à la Prévert. On plane sur les sanglots  de sirènes en contre-chant du joli Lou mon étoile du mal-aimé Apollinaire, poème adressé à son amoureuse Louise de Coligny Châtillon. Il est question de sexe bien sûr mais aussi d’amour. Car sous l’apparence cruauté des textes, sous la beauté céleste des phrases et cet inexorable besoin de chahuter les mots, se cache l’amour extrême d’hommes pour des femmes qu’ils voient comme des muses fantasmées, transcendées. Les circonvolutions musicales de Nicolas Repac élèvent les couleurs de pensées cachées et intimes. L’objectif de cet opus démoniaque est atteint. Émotion et plaisir littéraire sont au rendez-vous. A écouter, seul, à deux ou plus ? Sébastien...

Read More
L’Or noir – Arthur H et Nicolas REPAC – (Naïve-2012)
Fév05

L’Or noir – Arthur H et Nicolas REPAC – (Naïve-2012)

Rêver éveiller pour inciter à lire et relire. Le Label Naïve débute une nouvelle collection poétiquePoetika musika pour retrouver l’ADN musical qui repose dans le cellule poétique, faciliter l’accès à des textes difficiles, redonner le goût de lire. L’Or noir est le premier opus avec aux commandes Arthur H en raconteur et Nicolas Repac, son frère d’arme, en compositeur. On ne peut que se féliciter de cette initiative qui redonne du sens à la pensée, aux mots et introduit des valeurs trop absentes de notre contemporanéité comme l’écoute, le silence, le plaisir de la lenteur. Nul doute que ce disque est une bulle, une respiration onirique. Nul doute qu’il faut écouter et réécouter ce disque comme on relit les pages d’un livre, assis, l’esprit ouvert et l’imagination en alerte. Suivre le cheminement vocal d’Arthur et la magie atmosphérique de Nicolas devient alors une espèce de parcours initiatique dans lequel on teste le fragile équilibre mots et musique. Le disque reprend onze textes parmi les treize présentés dans le spectacle L’Or noir joué en parallèle et en tournée actuellement. Les textes choisis par Nadine Eghels et Arthur H éveillent des rêves, des paysages et des sensations envoutantes. Le voyage est réussi. Les textes foisonnent de vie , de mort et d’amour. Les morts se mêlent aux vivants dans une unité du monde où le temps obtempère et s’incline devant une nature puissante, “RENCONTRE BIEN TOTALE”… De Césaire à Glissant. Une culture francophone à découvrir et à aimer au milieu des caraïbes. Tous les titres sont touchants et les mots souvent d’une étonnante beauté. La variété rythmique donne une couleur à chacun d’entre eux. Parfois la musique est en simple soutien sonore parfois elle fusionne totalement avec le texte comme dans l’aérienne  Cohée du Lamentind’Edouard Glissant,  la grandiloquente Foire des Morts de Gilbert Gratiant et la douce et rêveuse Marie-Galanted’Edouard Glissant en fin d’album. L’album est pour les contemplatifs, ceux qui ont encore la capacité de s’isoler avec soi pour réveiller des mots qui ne demandent qu’à prendre leur envol. Artistiquement l’album est réussi. A avoir dans sa bibliothèque entre d’autres objets-livres. Juste pour le plaisir… La Cohée du Lamentin Imaginez le vol de milliers d’oiseaux sur un lac d’Afrique ou des Amériques. Le Tanganyika ou l’Erié, ou un de ces lacs des Tropiques du Sud qui s’aplatissent et fondent dans la terre. Voyez ces balans d’oiseaux, ces essaims. Vous concevez la spirale qu’ils dénouent et sur laquelle le vent coule. Mais vous ne saurez pas les dénombrer vraiment pendant leur lancer tout en crête et ravine, ils montent et ils descendent hors de la vue, ils tombent et s’enracinent, ils repartent d’un seul cran, leur...

Read More
IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.