American son

Petit thriller qui tente de retrouver les vertus du théâtre et l’économie de moyens.

Lieu unique. Temps unique (la pluie). Et une seule question: ou est passé Jamal, jeune homme de 18 ans? Kendra est une mère inquiète. Son fils a disparu. Il a pris la voiture et depuis, plus de nouvelle.

Elle déboule dans un commissariat par une nuit pluvieuse et ne peut controler ses angoisses. C’est bien naturel mais c’est compliqué pour un jeune policier novice.

Le mère ne supporte pas les techniques policières. Le mari tarde à arriver. Elle est noire. Il est blanc. Cette attente insupportable va révéler bien des choses sur le couple, la police et l’état de l’Amérique d’une manière générale.

Parce que le film ne fait pas dans la dentelle. C’est démonstratif. Mais ce n’est pas non plus mauvais: au contraire, c’est tout à fait louable de montrer les fractures d’une société qui a du mal à échapper à la lutte des classes, les tensions raciales, etc.

De ce point de vue le film est inattaquable. On peut regretter que Kenny Leon, le réalisateur reproduise trop sagement sa pièce de théâtre, succès à Broadway. Ca tourne un peu en rond et on voit généralement où veut aller l’auteur. Le récit enfonce un peu des portes ouvertes!

Heureusement il y a Kerri Washington. Ce petit bout de femme a souvent montré un incroyable charisme (parfois jusqu’à la parodie dans sa série politique, Scandal). Ici, on sent qu’elle se donne à fond dans le rôle d’une mère meurtrie et une femme délaissée.



Avec Kerri Washington, Steven Pasquale, Jeremy Jordan et Eugene Lee – Netflix – 2019

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.