Dead Man Down

Franchement, un film avec Isabelle Huppert, produit par la fédération de catch américain, qui raconte une sombre histoire de vengeance, c’est le dvd idéal pour l’été!

Il y a d’abord Colin Farrell. Bon acteur, il a souvent fait des choix maladroits et on ne s’étonne plus de le voir dans un nanar hollywoodien. Un truc bizarrement fait en réalité: c’est la WWE, la fameuse fédération de catch qui produit. C’est le réalisateur danois de Millenium, version suédoise, qui s’installe derrière la caméra. Le casting réunit la subtile Noomi Rapace, le magnétique Terrence Howard, le sympathique Dominic Cooper et les inusables Armand Assante ou F.Murray Abraham.

Y a du beau monde pour défendre un polar d’une simplicité déconcertante: une histoire de double vengeance avec un truand au coeur tendre et une fille défigurée (franchement à peine) qui veulent taper sur le maximum de méchants.

Peut être est ce l’influence du Catch qui fait la joie des jeunes téléspectateurs, mais aucun des comédiens ne peut s’empêcher de grogner. C’est assez rare pour être signalé: notre Isabelle Huppert cachetonne réellement dans Dead Man Down. Elle joue la mère un peu zinzin de la balafrée.

C’est un peu le concours de celui qui va le plus en faire pour ne plus être crédible. Au premier degré, le film affiche le lot suffisant et bien pesé de scènes d’action et de règlements de comptes plus ou moins sanglants. C’est plutôt ennuyeux.

Le réalisateur doit d’ailleurs certainement  faire avec les techniciens des shows de catch. Les couleurs sont un peu cradingues et tout cela est assez vulgaire visuellement. Le fil m pourrait être jeter aux oubliettes. Mais ce casting rend la chose un peu baroque.

Peu crédible, le scénario permet aux comédiens les excès et les interprétations les plus libres. Tout est exagéré. L’histoire pourrait être intéressante mais la production ne fait pas du tout dans la nuance et propose un traitement bourrin (quand elle est triste,l’héroïne écoute du Zaz) , pataud, agaçant et parfois il faut le dire touchant. Parce que les acteurs se battent… désespérément… Contre le mauvais goût ou la faute de goût… leur combat est perdu d’avance! Dur loi du catch… et du nanar!

Auteur: Le Z au Top

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.