Tchernobyl

Halloween vient de passer: vite, on vous conseille le meilleur film d’horreur vu depuis longtemps!

Et c’est une mini série. Et c’est un fait divers. Le plus fumeux et fameux des faits divers des années 80 et du 20e Siècle. La jolie bourde de Tchernobyl et ses milliers de sacrifiés. Son nuage toxique. Ses atomes tueurs. Ses dirigeants tétanisés. Ses héros meurtris.

Tout est réuni pour un récit glaçant et spectaculaire. De la part du scénariste de deux Scary Movie et deux Very Bad Trip, on n’attendait pas tant! Craig Mazin produit une oeuvre hors du commun.

Série américaine composée de cinq épisodes, Tchernobyl va à l’essentiel. Les personnages ne seront qu’un poignée à être développés. Ce qu’il y a d’important c’est la reconstitution du drame.

L’apocalypse est un projet habituel au cinéma et à la télévision. Mais là, on plonge dans un réel déprimant. Cela va au delà des décors de l’Ukraine des années 80. Cela se découvre dans les rapports entre les camarades de l’Union Soviétique. Froid et dirigiste. Un système vérouillé où on se parle que sous la forme d’ordres et d’affirmations.

Ca fait froid dans le dos puis les auteurs réalisent un authentique film d’horreur avec un monstre gigantesque et des fantomes qui sèment la mort. Pendant que deux cadres du parti prennent conscience de la véritable tragédie, les hommes tombent. Pour la patrie. Pour la bétise la plus crasse.

On ne s’encombre pas d’excuse pour la langue anglaise. On ne commence par une habituelle mise en place. Mazin et ses auteurs jouent sur le dépouillement. Ils nous prennent à la gorge. Par des images chocs. Mais aussi par surprise. Ils scrutent toutes les ramifications de ce drame humain, spectaculaire, si loin et finalement si proche.

Il y a évidemment le talent des trois comédiens principaux, tous prodigieux. Amusant de voir de nouveau le couple Skarsgard – Watson célèbre depuis le tempetueux et évidemment tragique Breaking the waves de Lars Von Trier, chantre de l’Apocalypse sous toutes ses formes. Mais le récit arrive à esquisser des vies assassinées par un pouvoir aveugle, un kgb absurde et des erreurs extrèmes.

L’épouvante se trouve à tous les étages. Dans les faits. Dans les mentalités. Dans les rapports humains. Sombre, la série nous plonge effectivement, comme le dit un cadre dans “l’endroit le plus dangereux de la planète”. Comme dans un film d’horreur – réussi – notre sentiment varie entre le dégout et la fascination. Il nous entraine aussi dans une réflexion sur l’humanité.

Sans emphase, le malaise s’installe et il ne vous lachera plus. Pas besoin d’explosion pour nous faire prendre acte de l’un des pires moments de l’humanité sur Terre!



Avec Stellan Skarsgard, Jared Harris, Emily Watson et Paul Ritter – HBO – 2019

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.