Sweet Exile

D’abord on aime l’attitude. Quel chouette nom de groupe. The Call me Rico. Surtout que le groupe rassemble finalement une personne essentiellement. Un type qui a la tête ailleurs. Un musicien qui se trouve à la frontière entre les Etats Unis et le Mexique. Un homme qui marche seul mais qui sait aussi s’accompagner.

En tout petit sur la pochette de sa troisième aventure, il a ajouté They Call me Rico et en tout petit, the escape qui représente deux complices pour une nouvelle fournée de chansons bien marquées par le blues rock.

Dans ces compositions, on retrouve tout le vaudou de la Louisiane, toute l’apreté du Texas et du soleil comme en Arizona. C’est moite. C’est chaud. C’est tendu. Le trio fait de la magie avec ses formules que l’on pensait si bien connaître.

La voix de Rico traine derrière les légendes noires du rock. La basse tabasse. La batterie aplatit. La guitare s’échappe en toute liberté des rythmes lourds, binaires et surtout hypnotiques. L’exil fait du bien à nos oreilles.

On adore les petits funks qui ne dérangent jamais la démarche du chanteur. Québécois installé à Lyon, Rico aime bien ce doux mélange qui nourrit ses chansons fortes et touchantes. Ambitieux, il s’attaque à la mythologie rock avec un appétit incroyable. On est souvent bluffés par le lyrisme de son blues.

Ca donne l’envie de porter un stetson, de shooter dans un tas de poussière, de boire une bière vite chaude, de jouer aux cow boys et aux indiens. Mission remplie pour Rico, un chanteur qu’il est très bon d’appeler!

Voxtone – 2018

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.