Spider Man Homecoming

Coucou le revoilà! L’homme araignée est redevenu adolescent. Son acné, ses collants, ses amours et son méchant de service, on a droit à une version John Hughes du super héros. Et bien ca marche!

Il y a de vilains défauts dans le nouveau Spider-Man du quasi inexpérimenté Jon Watts. Le film dure trois plombes. Il y a un second degré qui aime s’inscruter au moindre moment de tension naissant. Il y a Marisa Tomei qui n’est pas assez utilisée (sacrilège totale). Il y a une musique qui sert d’accessoire sonore uniquement. Il y a le Marvel Universe qui aime tant s’intégrer à la mythologie d’un super héros unique en son genre!

Il est loin le temps où Sam Raimi inventait quasiment le genre avec un film en forme d’hommage à la bande dessinée. Maintenant notre héros en rouge est un produit d’appel et Marvel veut s’attirer un public jeune, à la manière des Harry Potter. Les problèmes du nouveau Peter Parker (joué avec enthousiasme par Tom Holland) sont donc ceux d’un adolescent dont le corps change et qui n’est pas bien dans sa peau.

Suivi de près par Tony Stark, il découvre donc le métier chronophage de super héros dans la bonne vieille ville de New York. C’est ce qui est sympa chez notre ami Spidey: ses aventures sont à hauteur d’homme. Ici il ne sauve pas le Monde. Il se découvre et joue les super héros de proximité. Ce qui ne l’empêche pas de tomber sur un vilain machiavélique qui va lui faire des misères: le vautour.

A l’extrême jeunesse de Spidey, les auteurs ont la bonne idée de prendre ce vieux briscard de Michael Keaton pour jouer le badguy de ce nouvel épisode. Le comédien apporte ce charme d’américain moyen qui profite du rêve américain à sa manière. Le film, étonnement, refuse le manichéisme qui est pourtant une valeur sur de ce genre de film! L’innocence de Peter Parker et le cynisme de son ennemi représentent cette image de l’Amérique d’aujourd’hui. Watts et ses nombreux scénaristes sément le trouble.

Et c’est un peu plus vrai avec une idée quasi subversive dans le blockbuster estival: secouer l’image de la famille idéal. Les ados sont finalement livrés à eux mêmes et aucun des adultes n’est digne d’être un exemple. New York est une sorte de terrain de jeu (photogénique en diable) pour un apprenti super héros qui ne veut pas grandir. C’est presque le mythe de Peter Pan qui est adapté ici.

Donc au delà du cahier des charges de ce type de cinéma, il y a bien un petit supplément d’âme dans cette nouvelle version qui va en appeler beaucoup d’autres. On dira que le niveau de ce premier épisode est plutôt rassurant pour supporter tout ce qu’il va arriver!

Avec Tom Holland, Jon Favreau, Michael Keaton et Marisa Tomei – 12 juillet 2017 – Columbia Marvel – 2h15

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.