Que dios nos perdone

Un thriller espagnol qui file des frissons et qui donne chaud!

Le détective Velarde a un charisme d’huitre. Il mène ses enquêtes de manière déconcertante. Il a des des costards trop grands. Il est timide et bègue. En tout cas, il met parfois mal à l’aise son partenaire, l’inspecteur Alfaro. Lui, c’est un grande gueule et un sanguin dont se méfie le commissariat. Ce ne sont pas des héros mais des types ordinaires dans une Espagne en crise, en 2011, quelques jours avant l’arrivée du pape Benoit XVI.

Pourtant le spectateur va presque se sentir en sécurité entre ces deux policiers atypiques lorsqu’ils sont en charge d’un crime abominable. Ils devinent rapidement aqu’il y a a à Madrid un serial killer qui en veut aux petites vieilles.

Les crimes crapuleux se succèdent et les deux hommes vont être vampirisés par cette chasse au tueur! Rodrigo Sorogoyen, le cinéaste, ne va rien nous épargner et nous plonger dans les zones d’ombre d’une société meurtrie par la crise et l’indifférence.

Le contexte a son importance. Le diable est dans les détails et nos deux policiers vont froler la folie pour comprendre l’affreux criminel qu’ils poursuivent. C’est un chemin de croix, éprouvant, urbain et diabolique.

La bonne idée c’est donc cette ville en effervescence où les deux héros vont se perdre, sous une chaleur accablante. En face de l’ignominie (attention aux âmes sensibles), les deux hommes prennent des coups et finissent assomer!

C’est une vraie enquête. Il y a des fausses pistes et des suspects. Les flics doivent chercher dans toutes les classes sociales s’il n’y a pas un fou qui s’acharne sur des femmes innocentes. Le film ne fait pas dans l’emphase mais parvient à créer un climat étrange, en dehors de toute zone de confort.

Les Espagnols sont doués pour le film de genre mais là sur un pitch casse gueule (“un flic bègue et un sosie de Jean Reno courent après un violeur de mamie), le jeune réalisateur évite les pièges et réinvente le polar en brossant un portrait noir (mais un peu long) de la société ibérique. C’est un film policier. Moderne et universel. Plus nuancé que les apparences. Les dieux sont avec nous: on a trouvé un bon film cet été!

Avec Antonio de la Torre, Roberto Álamo, Javier Pereira et Luis Zahera – le pacte – 09 aout 2017 – 2h06

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.