Cinéma

Licorice Pizza, Paul Thomas Anderson

Un adolescent qui veut grandir trop vite. Gary est sûr de lui. Il se dit acteur mais, en bon américain, il entreprend avec une candeur déconcertante. Le temps du film on le verra devenir vendeur de water bed ou encore gérant d’une salle de jeux. Gary se comporte comme un adulte. Mais il rêve d’amour.

Une adulte qui redoute de vieillir. A 25 ans, Alana ne veut pas rentrer dans le monde adulte. Pourtant les hommes, jeunes ou vieux, s’intéressent à elle. Mais elle s’accroche à ses manières d’adolescente naïve. Elle aussi rêve d’amour.

Alana et Gary se rencontrent et vont donc cheminer vers ce doux sentiment qui fait le sel de toutes les comédies romantiques. Elle a le visage rusé d’Alana Haim, connue pour faire partie du trio Haim, groupe pop qu’elle défend avec ses deux sœurs et souvent dirigé dans de jolis clips par Paul Thomas Anderson. Il a le visage poupon de Cooper Hoffmann, fils du regretté Philip Seymour Hoffman, acteur fétiche du réalisateur. De l’affection,il y en a donc dans ce nouveau film de Paul Thomas Anderson : comme d’habitude, ça ne va pas se passer comme on pourrait l’imaginer. Une fois de plus, l’auteur de Punch Drunk Love s’échappe des sentiers battus pour mieux nous surprendre et inventer un nouveau film monde.

C’est sa marque de fabrique: créer un véritable univers et nous immerger dedans. Comme Tarantino dans son dernier film, Paul Thomas Anderson ressuscite la Californie d’antan. Entre utopie et rudesse. Entre fantasme et réalité. Le cinéaste observe comme toujours des personnages aux rêves fous qui se cognent à la cruauté du réel.

Mais à la différence de la plupart de ses films précédents, il ne cogne pas fort. Au contraire, c’est une œuvre volontairement attendrie, qui prend tout son temps pour mettre en scène une histoire d’amour contrarié entre deux personnes bien différentes mais irrésistiblement fascinées l’une par l’autre.

C’est donc un film bavard, qui s’attarde sur cette adolescence qui petit à petit doit s’armer face à dureté du monde, illustrée ici par des personnages iconoclastes pour ne pas dire iconiques. Les apparitions saugrenues de Sean Penn, Bradley Cooper ou l’inusable Tom Waits sont autant de moments cultes avec de vraies idées de cinéma.

Car Paul Thomas Anderson sait y faire pour filmer les bizarreries de l’existence, les moments forts d’une vie, les choix déterminants. Il sait les rendre sexy et originaux avec sa mise en scène toujours ample (pour sonder l’intime), ses choix de musiques amusés et bien entendu des personnages secondaires toujours attachants pour ne pas dire importants. C’est ce gout des autres si exquis qui fait de ce nouveau film peut être sa plus éclatante réussite

Licorice Pizza est la meilleure des douceurs.

Sortie le 05 janvier 2022
Metro Goldwin Meyer

Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.