Le Grand Bain

UNE BANDE DE 6 GARS PAUMÉS, DÉPASSÉS DANS LEUR QUOTIDIEN ET QUI N’ONT DE TOUTE ÉVIDENCE RIEN A FAIRE ENSEMBLE! ILS CHERCHENT UNE ÉCHAPPATOIRE EVIDENTE A LEUR TRAIN TRAIN BIEN POURRAVE (MAIS QUI RESSEMBLE A CELLE DE MONSIEUR TOUT LE MONDE) ET VONT SE RETROUVER AUTOUR D’UNE PISCINE POUR DE LA NAGE SYNCHRONISÉE MASCULINE.

SUR LE PAPIER CA PEUT FAIRE RIRE, LA METHAPHORE DE GARS A NU DANS LE BAIN EST BIEN TROUVÉE MAIS SUR L’ECRAN C’EST LOIN D’ÊTRE LE CAS. JE CHERCHE ENCORE LA DÉFINITION DANS LE TERME COMÉDIE (PAS COMPRIS LES SPECTATEURS S’ESCLAFFANT, FAUDRA M’EXPLIQUER!) .

LES ACTEURS SONT DES POTES COMME ON PEUT RÉGULIÈREMENT LES TROUVER DANS LES FILMS DE CANET, C’EST D’AILLEURS A PEU D’ACTEURS PRÊTS, LA MÊME BANDE FIDELE. ON COMPREND BIEN CE QU’A VOULU FAIRE GILLES LELLOUCHE (QUE J’APPRÉCIE BEAUCOUP EN TEMPS NORMAL) POUR SON SECOND FILM EN TANT QUE RÉALISATEUR.

MAIS AU DELÀ D’UN FILM DE « FAMILLE”, LES DIALOGUES SONT INSIPIDES, LES ACTEURS SONT TRÈS MOYEN ET PORTÉS AUX MAXIMUM DE LEUR CARICATURE DE MÂLE EN BESOIN DE RECONNAISSANCE ET BESOIN DE VIVRE TOUT COURT.

GUILLAUME CANET FAIT DU CANET, LE MEC EXCESSIF QUI SE VEUT PLUS IMPORTANT QU’IL N’EST. VIRGINIE EFFIRA, L’ENTRAÎNEUSE ET PRESQUE SEULE FIGURE FÉMININE, EST ININTÉRESSANTE AU POSSIBLE. MARINA FOIS (QUI SE RÉVÈLE A 10’ DE LA FIN, ON A FAILLI ATTENDRE DIS DONC, J’AI EU PRESQUE PEUR QU’ELLE JOUE MAL TOUT LE FILM!) EN COUPLE AVEC MATHIEU AMALRIC DEPRESSIF COMME DANS TOUT SES RÔLES, ON Y CROIT PAS UNE SECONDE.

PHILIPPE KATERINE, JOUE L’ÉCERVELÉ PERDU DANS L’ESPACE TEMPS. ET POELVOORDE EST PEUT ETRE EN DESSOUS DE L’EXCESSIVITE HABITUELLE… QUOIQUE. ON PASSE D’UNE VIE A L’AUTRE SANS GRANDE CONVICTION. ON A BIEN DU MAL A S’INTERESSER A LEUR PROBLÈME ET C’EST LA TOUT L’ECHEC DU FILM.

JE NE VOUS PARLE MÊME PAS DE LA BANDE SON, MIELLEUSE A SOUHAIT, QUI SE VEUT EN MODE FEEL GOOD MOVIE. EN FAIT TOUT EST TÉLÉGUIDÉ. AUCUNE ORIGINALITÉ. LA PHRASE DE L’ENTRAÎNEUSE “ON A TOUS BESOIN D’UNE MÉDAILLE” RESUME COMPLÈTEMENT LE FILM. OU COMMENT DONNER PLUS D’IMPORTANCE A CE FILM BIEN FRANCHOUILLARD COMME ON SAIT SI BIEN FAIRE.

DANS SA SIMPLICITÉ, LA BANDE DE LOOSERS CA SE RÉVÉLE BLABLABLA. PLUS BANAL, Y A PAS. LA SEULE BONNE CHOSE DU FILM C’EST LEILA BEKHTI, MAIS HEUREUSEMENT QU’ELLE EST LA MAIS ARRIVE TROP TARD (AU BOUT D’UNE HEURE), QUAND LE FILM COMMENCE ENFIN A ÊTRE DRÔLE (C’EST PAS NON PLUS L’EXTASE HEIN !) JE ME SUIS BIEN FAIT CHIER DU DÉBUT A LA FIN.

ET MALGRÉ QUELQUES SOURIRES, JE ME VOIS OBLIGÉE DE DIRE QUE CE FILM PREND L’EAU MALGRÉ TOUTE L’ENVIE D’EN FAIRE UN GRAND FILM TOUCHANT, ET SINCÈRE SUR L’ESTIME DE SOI. CE N’EST PAS UN GRAND BAIN MAIS UN GRAND PLOUF. TOUCHÉ, COULÉ.

AVIS AUX AMATEURS

Avec Mathieu Almaric, Benoit Poelvoorde, Virginie Efira et Felix Moati – Studiocanal – 24 octobre 2018 – 1h40

Auteur: Camille Joanny

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.