Le Poulain

Joann Sfar, Riad Sattouf et maintenant Mathieu Sapin: ils sont nombreux les auteurs  (ou les stars) de BD à se confronter au grand écran. Et il faut l’avouer: le passage est plutot réussi.

Parce qu’ils ont l’habitude du “cadre” et du “point de vue”. La bande dessinée est finalement un très bon moyen d’apprendre tout sur l’elipse et la narration. Et les auteurs de BD se sont bien débrouillés ces dernières années. Ils sont ambitieux et déterminés pour des projets indépendants, des comédies souvent drôles et satiriques. Plus que les adaptations de séries dessinées au cinéma. Catastrophique!

Eux, ils font le boulot, à la différence de nos simples faiseurs qui produisent de la comédie pour les prime time des grandes chaines. Allez on se calme et on boit du petit lait avec le premier film de Mathieu Sapin, auteur de la Salade de Fluits ou des Sardines de l’Espace.

Ce n’est pas un film extravagant. La mise en scène est assez sage. On n’est pas loin du téléfilm mais ce qui est montré est plutot culotté et assez rare au cinéma. La politique. Celle des coups de fil assassins, des tweets qui font le buzz et des retournements de situation qui ne font plus au cinéma depuis bien longtemps.

C’est ce que découvre l’innocent Arnaud Jaurès, qui doit partir dans quelques semaines au Canada mais qui voit ses plans contrariés lorsqu’il rencontre Agnès Karadzic, une femme politique sans scrupule. Il entre comme assistant de cette arriviste blonde dans une campagne présidentielle qui s’annonce folle…

Et on n’est pas déçu par le lot de coups bas, de petites phrases ambigues et de personnages iconoclastes. Mathieu Sapin, connu pour avoir croqué la vie politique sous Hollande, s’inspire de la réalité pour un récit d’initiation simple, carré et souvent moqueur.

Il réussit à rendre attachants tous ses personnages, un peu idiots, un peu mégalos, beaucoup décevants. Il doit à un casting judicieux et des dialogues souvent truculents. On regarde avec bienveillance le petit monde médiatico politique. On pourrait désespérer de cette comédie mais comme le ton n’est jamais acerbe. Ce n’est pas la petite soupe populaire du “tous pourris”. Le film est assez enthousiaste et réjoui. C’est simplement une bonne comédie sur le pouvoir. Ce n’est pas frileux. Ca fait du bien!

Avec Alexandra Lamy, Finnegan Olfied, Gilles Cohen et Valérie Karsenti – Bac Films – 19 septembre 2018 – 1h30

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.