La Ballade de Buster Scruggs

Grandeurs et misères autour de la mythologie américaine. Les frères Coen sont toujours les mêmes. Même en s’installant sur Netflix.

La plateforme pique en tout cas de plus en plus les réalisateurs de cinéma, les plus respectueux de l’art et du vénérable grand écran. Ca vaut le coup: à Venise, le film Netflix de Alfonso Cuaron, Roma, est reparti avec le Lion d’or. Et les frères Coen ont reçu le prix du scénario pour cette anthologie du western, La Ballade de Buster Scruggs.

La grande loufoquerie des frangins, leur accomplissement visuel et leurs profondeurs un peu dépréssives résistent au changement de support. Et à l’exercice de style si difficile. On a cru au début à une mini série puis Ethan et Joel sont revenus à un format qu’ils connaissent. Le film est une succession de sketchs, avec les défauts et les qualités que l’on sait.

A savoir: il y a toujours un sketch supérieur à un autre. Difficile d’être homogène quand on raconte des histoires courtes, aux contenus différents. En tout cas, les Coen taquine la mythologie du cow boy et tout le barnum qui va avec. On peut compter sur eux avec leur mise en scène tout en ironie, aidée il faut le dire par l’excellente photographie de français Bruno Delbonnel, qui joue sur les paysages américaines avec une infinie nuance et une beauté incroyable. Promis, il s’agit bien de cinéma ici!

On a donc le cowboy accro aux jeux et aux duels, le hors la loi le plus malchanceux, un artiste en danger, une la femme abandonnée dans un monde viril et dangereux et une diligence bien bavarde. Les Coen prennent un malin plaisir à rejouer les grands classiques du genre.

On les remercie de sublimer tout cela avec une morale acerbe, un sens de la critique bien actuel et leur incroyable réalisation, virtuose, moderne et pourtant jamais démonstratrice. Mais hélas, l’équilibre n’est pas la force des films à sketch. Et on a toujours une préférence pour un ou une baisse d’attention pour un autre. Mais le niveau reste haut: on pense souvent à une version yankee du Sens de la Vie des Monty Python! C’est dire!

Il ne faut pas bouder son plaisir. Ils réunissent d’ailleurs un casting épatant, avec des trognes pas croyables. On est heureux de croiser Tom Waits, Liam Neeson, James Franco, Brendan Gleeson et plein d’autres types et actrices vraiment patibulaires. Comme un livre d’images, l’apparence et l’attitude sont primordiales dans La Ballade de Buster Scruggs. Le moindre détail a son importance: c’est ce qui fait d’un film des frères Coen, un moment unique, drôle et précieux. Hiiiihaaaaaaaa!

Avec Tim Blake Nelson, James Franco, Harry Melling et Zoe Kazan – 2018 – Netflix

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.