Jurassic World fallen kingdom

Juan Antonio Bayona aux commandes du nouveau Jurassic World! Oeuvre de commande ou nouvelle ère pour la célébre saga initiée il y a 25 ans par Steven Spielberg?!

La présence du cinéaste espagnol derrière la caméra d’une franchise de Spielberg est une totale évidence. L’Orphelinat est un film d’épouvante, vraiment tendre. The Impossible prouvait l’obsession du réalisateur autour du monde de l’enfance et de la cruauté du Monde. Quelques Secondes après Minuit montrait l’importance du merveilleux pour survivre à la réalité douloureuse! Bref, Bayona est un très convaincant disciple de tout l’univers de Steven Spielberg.

Le savoir sur le nouveau Jurassic World donnait un peu d’espoir. Le premier film était un film contrarié qui se critiquait lui même et voulait se contenter de son aspect divertissement spectaculaire avec plein de dinosaures dedans!

Souvent le second volet se limite encore à cette fonction. On a le droit d’être sceptique devant un scénario abracadabrantesque où nos dinosaures clonés sont en danger à cause d’un volcan en éruption et surtout intéressent de vilains investisseurs qui se feraient bien un peu d’argent sur le dos (très larges) des survivants.

Heureusement il y a toujours Owen Grady et Claire Dearing pour se chamailler et sauver le Monde des pires dangers. Ca part un peu dans tous les sens. Les seconds rôles sont des accessoires. Le manichéisme est un poil grossier. La musique s’impose un peu trop.

Pourtant sur les morceaux de bravoure, Bayona assure. Et même un peu plus! Il assume totalement son style européen et s’amuse à transformer dès qu’il le peut le film divertissant en film de terreur. Le dinosaure, fantasme de nos bambins, est finalement l’ultime monstre de cinéma, à croupir sous le lit ou cacher derrière le rideau. L’idée est simple. Et très bonne.

Mais les idées du cinéaste sont tout de même broyés par un spectacle qui veut accélérer sans arret pour que l’on ne s’attarde pas trop sur les incohèrences, les raccourcis ou les erreurs. La magie de Spielberg réapparait durant quelques instants. La figure obligatoire de l’enfant est réhabilité. Les dinosaures ont une classe folle. Ils impressionnent et inquiètent de nouveau Juste pour cela, le film a de la valeur. Et Bayona ne semble pas trop se corrompre. Comme pour le duo vedette du film, à la fin, la mission sauvetage est à moitié remplie.

Avec Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Ted Levine et Rafe Spall – Universal – 6 juin 2018 – 2h

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.