Cinéma

Everything everywhere all at once, the Daniels, Pathé

Matrix du pauvre, parodie des films de super héros, drame familial, comédie déjantée, ce drôle de film est un zapping fascinant de plus de deux heures. C’est un peu long mais c’est très bon.
Ce long métrage a visiblement mis les doigts dans la prise. Une œuvre barrée qui ne s’interdit rien C’est irracontable mais c’est surtout étonnant.

On commence par le défaut du film: deux heures dix neuf. Il faut être vigilant: un clignement d’œil et on peut être perdu dans l’intrigue la plus dingue. Le film de Daniel Kwan et Daniel Scheinert est d’une frénésie palpitante et un peu fatigante sur la distance.

Voilà c’est dit. Passons aux qualités nombreuses de ce long métrage qui a visiblement mis les doigts dans la prise. Une œuvre barrée qui ne s’interdit rien. Il y a de la grosse blague à deux balles et des moments d’une tendresse exquise. Les auteurs respectent le concept du titre : ils mettent tout dans leur film et tout doit tenir dans un budget pas énorme mais qui n’empêchera pas les idées les plus folles.

C’est irracontable mais c’est surtout étonnant. Une famille chinoise se dépatouille dans des problèmes “normaux” : la mère est débordée, le père veut divorcer, la fille vit mal son homosexualité que l’on cache au reste de la famille. En plus, le fisc s’intéresse à leur petit commerce. Rien de folichon jusqu’au moment où les univers parallèles se mélangent dans leur petit quotidien.

On devine bien entendu le conte philosophique. Le fantastique devient un révélateur de nos existences mais le film va aussi raconter autre chose. Parce que tout est possible ici : un film d’action, de la SF (avec un bagel malfaisant), une chronique sociale, une parodie des films de Wong Kar Wai, et bien d’autres choses. Ça part dans tous les sens pour former un tout baroque et bariolé. On sort vidé du film mais comme dans un grand huit, on a eu droit à des sensations fortes.

La mécanique des deux réalisateurs ne vient jamais gêner le tendre regard sur cette famille en souffrance mené par une Michelle Yeoh en grande forme et suivi de près par Ke Huy Quan, acteur connu dans les années 80 pour être le Demi Lune d’Indiana Jones et le Temple Maudit et Data dans Les Goonies. Une fois de plus, on le retrouve quelques décennies plus tard dans un film sûrement culte.

Culte, il le sera à cause de sa sincérité et de son amour pour le cinéma. Celui qui aime les pas de côté et les surprises incessantes. C’est ce type de films qui feront revenir les gens au cinéma. Car on y apprend des choses en s’amusant. On voit ce que l’on vit mais avec une envie constante de divertir, amuser et attendrir. Jusqu’à l’extrême, le film transcende le réel et franchement ça fait du bien complètement fou!


Sortie le 31 août 2022
Avec Michelle Yeoh, Ke Huy Quan, Jamie Lee Curtis et Stephanie Hsu
Pathé
2h19

Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.