Club 12345

Musique de club existentielle. Bah oui ca existe!!

J’ai découvert Bagarre dans la salle à coté de mon concert. Je partais voir Brett Dennen, barde californien qui vit avec sa guitare et l’amour de la nature. A la Cigale, à coté, les gens sortaient d’un concert, épuisés et heureux.

Notre troubadour a lui aussi entendu quelques beats bien vivants qui sont passés à travers les murs de la Boule Noire, petite salle vétuste. Bagarre est donc venu nous chercher. Il s’agit en réalité de cinq musiciens qui font de l’électro énervé et tragique.

Ils soignent leur look proteiforme mais cela représente bien le groupe, incapable de choisir une étiquette: en tout cas, ils font tout pour que l’on mette une étiquette, trop réductrice. Chaque chansons est bien différente de l’autre.

Le gout pour les paroles est étonnant. Car le groupe défend de l’électro pour danser, avec des beats lourdement efficaces et des refrains cinglants. Bagarre sont des animaux de nuit en réalité et ils rendent hommage à leur lieu de villégiature, le club.

Ils transcendent l’exercice car exactement, ils sont bavards et aiment décrire par les mots les ambiances nocturnes, les petits nuits d’excités, les grosses transes et toutes les pensées qui passent par la tête du joyeux teuffeur de Paris.

C’est visceral, amusant et décomplexé. C’est effectivement de la musique qui cogne. Ce n’est pas toujours raffiné mais on doit reconnaitre que ce collectif ne manque pas de punch et d’énergie. Ils ont tout pour nous mettre KO!

A+LSO – 2018

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.