Beat my distance

Voyage dans le temps, en bonne compagnie!

On your own, premier morceau de Beat my distance est une machine à remonter dans le temps. En quelques minutes, nous sommes bien dans les années 60 avec des effets de voix, des pédales de distorsion ou des superpositions d’instruments.

Le second, Daffodils, lui, va sortir une nappe de synthétiseurs et les musiciens vont installer un pique nique assez pop, toujours psychédélique. Ca butine entre les Beach Boys ou Jefferson Airplane.

Après ce duo de chansons, on peut l’avouer: Anemone est un groupe très fréquentable. Et cela se confirme au fur et à mesure des titres. Anemone ressort les pattes d’ef, les grandes robes blanches et les couronnes de fleurs. Le petit tambourin et un vieil orgue vintage. Ca sent bon le soleil Californien ou l’expérimentation anglaise.

On remonte le temps et Anemone prouve que cette musique n’a pas pris une ride. En mid tempo, le groupe cherche le petit trip musical, raffiné et hédoniste.

Les chansons se ressemblent peut être un peu trop mais c’est essentiellement agréable. On retiendra d’ailleurs la voix assez envoutante de Chloé Soldevida, effet spécial à elle toute seule.

Jolie découverte de printemps.

Luminelle records – 2019

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.