American assassin

Bon alors l’Amérique de Donald Trump peut aussi trouver des alliés à Hollywood avec ce nanar un peu honteux dont on a du mal à se remettre en 2017!

On est tous d’accord: le concours de celui qui a la plus grande entre le dictateur de la Corée du Nord et le président orange des Etats Unis est un peu inquiétant. Des deux cotés, on entend des discours caricaturaux. Trump a défini ses ennemis: les communistes et les terroristes. Les Coréens et les Iraniens.

Ce que confirme le film d’action, American Assassin où l’on découvre qu’il faut obligatoirement se méfier des politiciens iraniens, forcément fourbes et dangereux. Mais heureusement les services secrets savent leur répondre avec un super assassin, doué et intelligent mais toujours mené par la vengeance. Des odieux barbus ont tué sa fiancée lors d’un attentat sur une plage à Ibiza.

Depuis le jeune homme est devenu un chasseur de criminels islamistes. Et son profil intéresse un service ultra secret qui se fout des lois pour buter les tarés d’Allah et autres dangers pour l’Amérique de Trump.

Le jeune loup (transparent Dylan O’Brien) est donc coaché par un vieux dinosaure (Michael Keaton doit payer sa terrasse visiblement) qui va lui montrer une nouvelle façon d’appréhender le meurtre. Le film n’a pas vraiment de conscience. C’est une belle apologie du “Oeil pour oeil” avec une histoire totalement hypocrite et des rebondissements dépassés, assez ringards finalement. Les acteurs sont nuls. L’action est molle. Un film décevant, à l’image du président qu’il tente de légitimer.

Avec Dylan O’Brien, Michael Keaton, Sanaa Lathan et Taylor Kitsch – Metropolitan filmexport – 20 spetembre 2017 – 1h51

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.