47 meters down

Ah le film de requin, un sous genre qui nage dans les abysses du nanar environ une fois par an et qui tous les ans nous rappelle que le chef d’oeuvre Les dents de la Mer de Steven Spielberg est totalement indépassable.

L’année dernière, c’est donc le super grotesque Instinct de survie avec la super belle Blake Lively qui tentait de retrouver un peu de tonus au concept “requin qui a faim au bord de la plage”. Depuis des ans, on a rien à se mettre sous la dent sur ce thème, qu’il faut avouer est assez limité! Dans Instinct de survie, le squale était tellement transparent que la comédienne entamait une relation sérieuse avec une mouette. On est tombé bien bas depuis la sortie des Dents de la Mer!

Le requin inspire généralement des auteurs en mal de sensations, qui osent des histoires farfelues. A ce niveau, on aura toujours une tendresse particulière pour Peur Bleue et ses requins hyper intelligents qui avalent Samuel Jackson en plein speech post Pulp Fiction! Vraiment pas cons, les bestiaux.

Dans 47 Meters Down, les requins continuent d’harceler des jolies filles. Il y a Mandy Moore, une ancienne star de la pop qui ne veut pas se noyer dans le showbiz visiblement et Claire Holt, blondinette abonnée aux séris pour adolescents.

La combinaison leur va bien mais leur souci, c’est que la cage où elles sont enfermées file droit au fond de la mer du Mexique avec des requins tout autour. Elles ont quelques minutes pour essayer de retrouver la surface et leurs petits amis du moment (plus Matthew Modine déguisé en Robert Shaw dans Jaws justement).

C’est ce qui est bien dans cette série B toute mouillée: elle ne tarde pas sur les personnages et se tourne vite vers son concept absolument pas révolutionnaire: un requin veut bouffer de la jolie ‘ricaine! Il y a bien un petit fond de psychologie pour expliquer la relation entre les deux filles: ce sont des soeurs donc il y a de la rancoeur mais personne ne veut se pousser dans la gueule du monstre.

Le réalisateur fait correctement son boulot: un huis clos dans l’immensité de l’océan. C’est assez cocasse mais c’est bien filmé, tout en tension et effectivement on n’aimerait pas être à la place des deux jeunes femmes. Les énormités du genre sont effacés par un vrai sens du rythme. On finit même par regretter de ne pas voir l’oeuvre sur grand écran. Uniquement en vod, ce film méritait mieux. Pour les frissons sur mer, c’est désormais sur petit écran. 47 meter down ou le Petit Bleu!

Avec Mandy Moore, Claire Holt, Matthew Modine et Santiago Segura – 1h29

Auteur: Le Z au Top

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.