The house that Jack Built

ALLONS DONC VOIR CETTE MAISON QUE JACK A CONSTRUIT. TOUTE MIGNONNE POUR INVITER TOUS SES AMIS. C’EST QU’IL EST SUPER SYMPA JACK, CERTES UN PEU FOU, UN PEU PSYCHOPATHE SUR LES BORDS, UN PEU BEAUCOUP TUEUR EN SERIE !

MAIS SYMPA QUAND MÊME ! ON CONNAIT TOUS LARS VON TRIER POUR SA FINESSE, SA DELICATESSE, ET SES FILMS FAMILIAUX, IL N’Y A DONC AUCUNE RAISON QUE CELUI CI FASSE BANDE A PART. TU SENS QU’IL A UN SERIEUX PROBLÈME LE LARS. GASPARD NOE FAIT DES FILMS DE CUL, LARS (OUI OK Y A NYMPHOMANIAC) FAIT DES FILMS SUR LA TORTURE.

MA MAIN A COUPER (CA RESTE DANS LE THEME) QU’IL N’A PAS DU ETRE BERCÉ D’AMOUR LUI. EN TOUT CAS ÇA A LE MERITE D’ETRE DANS LA CONTINUITÉ DE SES FILMS, PAS D’UNE GRANDE ORIGINALITÉ MAIS CA APPUIE LA OU CA FAIT MAL AVEC EFFICACITÉ.

VIE MA VIE DE SERIAL KILLER EN PROIE A DES TOCS. SI TUER L’AIDE A SE CONCENTRER ET OUBLIER SES OBSESSIONS, QUI SOMMES NOUS POUR L’EMPÊCHER. UN PSYCHOPATHE QUI A CONSCIENCE DE SA SINGULARITÉ ET QUI ESSAYE DE SE FONDRE DANS LA MASSE TOUTE EN ASSOUVISSANT SA PASSION MEURTRIERE.

CE FILM SERAIT-IL UNE AUTOBIOGRAPHIE DONT IL ESSAIERAIT DE SE REPENTIR A TRAVERS LA RELIGION ? C’EST FILMÉ COMME UN DOCUMENTAIRE, OU L’ON RETROUVE DIFFÉRENTS ACTES COMME DANS « DOGVILLE », LA VOIX OFF DU NARRATEUR CONFRONTE LE HÉROS DANS SON PROBLEME. ET LE CONFORTE DANS SON ANALYSE PHILOSOPHIQUE.

LES INTERMEDES EN IMAGES 4/3, OU EN ANIMÉS, SONT INUTILES ET NE SERVENT QU’A MEUBLER LES 2H30, QUI POURRAIT FACILEMENT SE RÉDUIRE A 1H45. JE SUIS PAS NON PLUS FAN DE LA CAMÉRA EMBARQUÉE MAIS ON EST DANS L’AUTOPORTRAIT ET LE JOURNAL INTIME DE LARS, ENFIN JACK ! DONC POURQUOI PAS.

MATT DILLON REVIENT DANS UN PREMIER GRAND RÔLE DEPUIS BIEN LONGTEMPS ET CA LUI VA TRÈS BIEN. CE N’EST PAS LE FILM QUE JE REVERRAI ENCORE MOINS POUR UNE SOIRÉE LOVE MAIS LE CINÉMA DE LARS VON TRIER SUSCITE TOUJOURS QUELQUE CHOSE, QUE L’ON AIME OU NON, JE N’AI PERSONNELLEMENT ADORÉ QUE « DOGVILLE » ET AIMÉ QUE « MELANCHOLIA ». MAIS IL Y A CETTE TOUCHE D’ABSURDITÉ ET DÉRANGEANTE, SI FAMILIÈRE QUI NOUS FERA JE PENSE, TOUS SOURIRE DANS CET « AMERICA PSYCHO » DES ANNÉES 70.

AVIS AUX AMATEURS

Avec Matt Dillon, Bruno Ganz, Uma Thurman et Riley Keough – Les films du Losange – 17 octobre 2018 – 2h35

Auteur: Camille Joanny

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.