The amazing Spider-Man 2 / Marc Webb

Vous vous souvenez de Superman 3 où Richard Pryor faisait atterrir l’Homme de Fer sur la planète “Gros nanar farfelu”? L’acteur noir américain livrait une performance venue d’ailleurs dans le monde des super héros. Grâce à lui, toute la franchise fut coulée. Le genre super héros a eu du mal à éclore après cet “événement”. En 2014, c’est Jamie Foxx qui accroche l’homme araignée dans la zone rouge du nanar!

L’acteur de Ray rend hommage à Richard Pryor en reprenant quasiment le même rôle: un ingénieur marginal. Lorsque ce dernier se fait mordre les fesses par des murènes génétiquement modifiées (dans le Spider Man précédent, c’était un lézard), il devient un homme électrique qui ressemble pourtant à une version sous haute tension de Schwarzie en homme glaçon dans le très mauvais Batman & Robin (un chef d’oeuvre pour les drag queens me signale t on).

En méchant de service, il n’est pas très crédible. Tout comme Dane DeHaan, sosie officiel de Leonardo DiCaprio et acteur intéressant, complètement largué dans le rôle d’Harry Osborn, héritier malade d’une compagnie financière et scientifique, ancien meilleur ami de Peter Parker et néo bouffon vert peu intéressant.

C’est toujours Andrew Garfield qui interprète Spidey et il s’en sort pas mal en jouant l’adolescent qui ne veut pas grandir (il a une coupe comme les One Direction) mais qui va payer cher son insouciance. A coté de lui, Emma Stone continue de concourir au prix du regard le plus langoureux de l’industrie hollywoodienne. On oublie quelqu’un? Ha oui, l’excellent Paul Giamatti fait une apparition tellement ridicule que l’on se demande si le fisc n’est pas à ses trousses pour oser une telle performance.

Sinon la ville de New York joue toujours aussi bien. Décor épatant pour les envolées du tisseur!

Le commentaire se limite aux comédiens puisqu’il n’y a pas grand chose à raconter. Le scénario place des pions pour les prochaines productions Marvel. L’histoire alterne entre chamailleries amoureuses et bastons homériques. C’est du cinéma mécanique, sans âme, sans volonté et sans surprise. Dans le monde bien fourni des héros masqués , on a déjà vu pire mais notre ami Spider-Man est de moins en moins “amazing”…

Avec Andrew Garfield, Emma Stone, Jamie Foxx et Dane DeHaan – Sony Pictures – 30 avril 2014

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

1 Comment

  1. Wow Merci! Moi qui vous avais découverts depuis moins d un an! Je ne pouvais pas vous écouter à la radio donc j avais téléchargé la dernière année via radio-canada.ca. J étais content la semaine dernièrecar j approchais des derniers podcasts de juin 2012, je pourrais enfin être à jour pour la prochaine saison . Quoi! Plus de Sportnographe!!!! Me voici donc ici, en très grand deuil Déjà subissant les sévices corporels de l état de manque causé par mon sevrage de votre persécution de la jambonisation omniprésente OH DOULEUR ATROCE!!!!!! attends quoi Je peux maintenant télécharger l intégrale du Sportno!!!!! OH OUI!!! Orgasme cére9bral!!! MERCI BEAUCOUP! Longue vie au Sportnographe!Bravo pour votre humour intelligent, je m en suis délecteé.Au plaisir de vous écouter encore et encore 🙂

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.