Sainte Victoire

Cela fait quelques mois que vous ne pouvez pas la rater. Elle est partout et ce serait presque mérité.

La première victoire de Clara Luciani, elle est pour nous. Elle met fin à l’omnipotence de Juliette Armanet et son recyclage habile de Veronique Sanson. Maintenant, elle aussi, a toute l’admiration de la station Radio France. Elle aussi, a droit le droit de s’imposer sur les affiches des festivals. Elle aussi connait très bien les années 80 et ses charmes synthétiques.

Comme Juliette Armanet, on a de la chance d’avoir à faire à une véritable artiste, qui d’abord connait son job. Membre du groupe La Femme, elle s’émancipe avec ses propres atouts. Une voix lourde et un sens très sûr de la musique.

Son premier disque est assez séduisant: il est vrai qu’en une seule écoute, on a déjà l’impression de connaitre les titres (pour la chanson La Baie, c’est normal, elle pique tout mais avec classe à Metronomy). C’est déjà un exploit. Elle est originale mais familière.

Parce qu’elle défend une pop féminime française. On entend des musicalités intéressantes sur une voix qui s’impose sans forcer. Son album est habité littéralement par sa passion. Bien entendu, il y a des petits défauts avec un certain pédantisme typiquement franchouillard. Les échos au passé sont parfois un peu agaçants, trop forcés!

Mais la jeune femme a tout ce qu’il faut pour être la nouvelle muse de la scène indépendante francaise, en attendant la prochaine.

Initial artist services – 2018

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.