Revolt

Vivre c’est se battre. Se battre c’est vivre.

Quand un film commence par ces mots, l’amateur de nanar ne peut que lever la tête sur ce film inédit finalement pas si nul. Si maintenant les petites séries B sont mieux que les blockbusters, où va la Monde. Parce que Revolt nous venge de tous les Transfomers qui abrutissent les masses et ridiculisent les fans de cinéma.

Pourtant il y a dans ce film des robots extra terrestres qui aiment bien la baston! Et ils s’en prennent à la Terre entière. Mais comme le budget n’est pas celui d’un navet de Michael Bay, on s’exporte en Afrique. C’est la bonne idée de ce film d’invasion. Le décor est inédit et sert un propos qui cherche l’efficacité maximum.

On n’est pas en lieu sûr donc malgré un scénario catastrophe que l’on connait que trop bien. Avec un héros mystérieux qui souffre du syndrôme de Jason Bourne, une doctoresse française donc pas mal foutue qui est débrouillarde avec une mitraillette et des machines venues du d’ailleurs qui détruisent tout.

Comme les moyens ne sont pas énormes, le pouvoir d’évocation est recherché par un cinéaste assez habile pour rendre l’invasion crédible et surtout le récit haletant. Le film est un peu cheap mais il fait beaucoup d’efforts et cela se voit. Le dépouillement général du film n’est pas sans rappeler la sécheresse déprimé de John Carpenter dans ses meilleures oeuvres.

Voilà donc un direct to video surprenant, humble et amusant. Une série B comme en fait peu désormais.

Avec Lee Pace, Bérénice Marlohe, Jason Flemyng et Leroy Gopal – factoris films

Auteur: Le Z au Top

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.