Not waving but drowning

Retour du petit prodige anglais. Face à la difficile épreuve du second album.

Puisque évidemment on va penser au petit chef d’oeuvre de rap très cool signé Loyle Carner. Yesterday’s Gone fait du bien aux oreilles et au moral. La voix sûr et délicate du jeune rappeur surprend et plait. Ses textes sont des histoires douces, amères et souvent spectaculaires.

Pourtant il aime les atmosphères jazzy. Ce mélange de délicatesse et d’efficacité lui a permis d’avoir une nomination au prestigieux Mercury Prize. Mais évidemment il est attendu au tournant.

Ca ne loupe pas: on est un peu déçu par ce deuxième album où l’on est quand même très loin de la noyade artistique comme pourrait le suggerer le titre de ce nouvel opus.

Les ingrédients sont à peu près les mêmes. Les copains qui lui donnent un coup de main sont toujours l’excellent Tom Misch ou Jorja Smith. Son sens de la narration est toujours aussi touchant.

Mais on regrette qu’il n’est pas tenté autre chose. A son âge, avec un seul album, il aurait pu sortir de sa zone de confort, essayer de nouvelles ambiances. On est bien embêté de dire de mal de ce disque parce qu’en plus, il est assez réussi, agréable et on le conseille largement.

AMF – 2019

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.