Concert

L’orchestre symphonique des 100 violons tziganes de Budapest – Théâtre des Champs-Elysées

100violons - V3SFP

 

60 violons, 12 contrebasses, 6 cymbalums, 9 clarinettes, 6 violoncelles. Au programme, dépaysement, virtuosité et énergie.

L’orchestre symphonique tzigane de Budapest en impose. En costume traditionnel, les musiciens s’installent et attendent le départ du premier violon JOZSEF LENDVAI CSOSCI, qui rythme en guise de chef d’orchestre l’ensemble musical. Johan Brahms, Vittorio Monti, Tchaïkovski, Johann Strauss I et II, et de nombreux autres grands compositeurs passent par les cordes de l’orchestre qui se plaît à en donner des variations rythmiques qui emportent rapidement l’adhésion du public. La mécanique est bien huilée et ça dépote !

Si la première partie est relevée, la deuxième est nettement plus classique conformément au changement de costume des musiciens qui prennent une apparence viennoise. Un tzigane viennois, l’idée est plutôt étonnante mais fonctionne. Rapidement le rythme reprend vite le dessus, cela semble plus fort qu’eux, l’âme tzigane prend le dessus. Offenbach et son galop infernal (French Cancan) d’Orphée aux enfers ouvre le bal. Le concert prend très souvent des airs du concert du nouvel an viennois. Les “Oupa” et les cris des musiciens viennent ajouter des vagues joyeuses. Le plaisir est là, sur scène comme dans la salle qui applaudit en rythme.

La forme se veut simple en apparence et populaire au sens noble du terme. Mais qu’on ne s’y trompe pas, caler autant de musiciens sans chef d’orchestre en permanence et sans partitions est une jolie performance.  La salle contient peu d’enfants et c’est bien dommage, cela aurait pu être une formidable occasion de les initier à la culture classique et tzigane. A voir en famille.

Previous ArticleNext Article

1 Comment

  1. Bonne nouvelle, Greg Edmonson qui était présent pour les deux premiers est de retour pour ce troisie8me épisode, il y a donc fort à parier que la musique sera au moins aussi bonne dans cet opus !Bonjour à la Pologne !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *