Musique, Non classé

Ghosteen, Nick Cave

Toujours marqué par la disparition de son fils, Nick Cave embarque une fois de plus ses fidèles bad seeds pour exorciser la douleur. Que c'est dur!

Toujours marqué par la disparition de son fils, Nick Cave embarque une fois de plus ses fidèles bad seeds pour exorciser la douleur. Que c’est dur!

En 2016, Nick Cave sort le décharné Skeleton Tree. Une œuvre au noir pour un chanteur qui ne va tout de suite vers l’humour et la rigolade. Il fait parti des grands artistes qui se nourrissent de la partie noire et sombre du rock et de l’art en général.

En 2019, il revient avec un double album qui va droit au cœur. Il a perdu son fils de 15 ans. Skeleton Tree était la réponse immédiate. Cette fois ci, les complices reprennent la route des harmonies sublimes et tortueuses.

Ne cherchez pas de hit ou de chanson dans le sens traditionnel. Les couplets se confondent avec les refrains. Les sons s’installent délicatement pour recevoir toute la noirceur de l’artiste, toute sa souffrance, qui s’expose avec une beauté claire obscure, absolument touchante.

On en a gros sur la patate après la fin de cet opus massif et oppressant. On est dans le cœur meurtri de Nick Cave. On entend ses blessures. On devine le père assassiné par la disparition du fils roi, Arthur.


Previous ArticleNext Article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.