Django

Etienne Comar, ambitieux, est allé chercher le barbu Australien Warren Ellis pour nous faire replonger dans le talent fou de Django Reinhardt. Ca fonctionne!

Réalisateur du biopic sur le célèbre guitariste, Etienne Commar est un dingue de jazz manouche. Logiquement, pour la musique de son film, il a pris le meilleur. Le trio Rosenberg se charge donc des reprises. C’est irréprochable. Techniquement, la virtuosité nous emporte.

C’est bien le minimum. Le plus curieux finalement, c’est la nature du producteur de la BO: Warren Ellis. Australien, complice de Nick Cave, il s’interesse aux musiques de films depuis plusieurs années. Il obtient même un César chez nous pour la bande son du film Mustang.

Il aime les objets décalés et pourtant il se révèle assez strict pour Django. C’est impressionnant mais ca ne chavire pas vers quelque chose de différent. Le classicisme prend le dessus. Ce n’est pas désagréable. Au contraire. Il reprend même une oeuvre inachevée du guitariste, sorte de requiem.

Mais quand on connait un peu Warren Ellis, on est tout de même un poil déçu. Et le rock alors? Heureusement les Néerlandais Rosenberg Trio font le boulot. On n’a pas le coté vieillot des enregistrements de Reinhardt mais ils s’éclatent dans le répertoire du mentor du jazz.

Ca fonctionne, ne vous inquiétez pas. Le disque est parfait pour les soirées d’hiver. Il est feutré et délicat. Son enthousiasme est sympathique jusqu’à un final plus sombre. Reste toujours que l’on aurait un petit peu de folie… et ce n’est pas le cas.


Impulse – 2017

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.