Concrete & gold

On ne sait pas trop comment mais il faut le dire: les Foo Fighters sont incontournables dans le monde du rock. Ce que prouve, avec des muscles, ce neuvième album.

Dave Grohl ne sera jamais Kurt Cobain. Il sera toujours son batteur. A coté de cela, il est devenu pourtant le fer du lance du rock tendu, ferailleur et barbu. Avec les Foo Fighters il restera comme un héros du genre. Il est le copain de tous les gros cogneurs du genre. Il a joué sur le meilleur album de Queens of the stone age. Il aime faire le pitre avec Jack Black. Il a le carnet d’adresses le plus rempli de la planète.

Il aime tout le monde et tout le monde l’aime. Derrière le sourire éclatant et les cheveux longs, c’est un sérieux bosseur qui aime bien se confronter à tous les genres avec une fausse décontraction. C’est vrai que c’est pour cela qu’il est appréciable: il a peur de rien ce type!

Il a donc toujours son fier groupe pour faire du gros rock qui donne l’envie de sauter partout, de secouer la tête et de transpirer dans un pogo. Pour leur neuvième opus, le groupe a serré les boulons et réalise un disque plus incisif, plus rentre dedans. Ils ne s’éparpillent pas: les morceaux sont costauds et devraient plaire à votre pote qui porte encore des vestes sans manche en jean (quoi, vous en connaissez pas?).

C’est de la grosse production mais cela fonctionne parfaitement! L’album est clairement inspiré par les grands noms des années 70 et les hymnes pétaradants qui vont faire bouger les “arena” du Monde entier.

Mais c’est bien écrit. Difficile de ne pas être enthousiaste devant toute cette décharge d’énergie qui a une haute idée du rock, invitant McCartney et puisant des idées dans tout ce qu’il y a de bon sans que ce soit du pillage! Le groupe affectionne le refrain implacable et le riff puissant. Pourtant chaque chanson a son identité entre blues furieux, hard rock décoiffant et metal stoner.

Ce n’est pas un disque pour tous les mélomanes, mais ceux qui aiment le bon gros jam entre zicos chevelus, vous allez être servis! Concrétement, c’est de l’or cet album!

RCA – 2017

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.