Atomic Blonde

Est ce qu’un film réalisé par un cascadeur, ca vaut le coup?

Lorsqu’on découvre le cv du réalisateur de Atomic Blonde, David Leitch, on a le droit d’avoir une petite suée: le type était la doublure cascade de Brad Pitt et de Jean Claude Van Damme. Ha! Puis il a glissé vers la réalisation comme chef de seconde équipe sur des classiques comme Hansel & Grentel: Witch Hunters ou Ninja Turtles! Ha!

Enfin il coréalisae John Wick, gros film de baston pour Keanu Reeves avant de voir confier le fameux Atomic Blonde, oeuvre à la gloire de la blonde Charlize Theron qui aime visiblement le combat après son apparition hilarante dans le dernier Fast & Furious!

Donc nous allons beaucoup la comédienne sculpturale dans ce drôle de film d’espionnage qui rend hommage aux années 80, son kgb, sa musique et son style. Finalement David Leitch est l’homme de la situation. Le début du film est assez rassurant avec ses images bleutées et ses tronches patibulaires (John Goodman et Toby Jones en tête).

Ensuite c’est parti pour une longue course poursuite après une montre qui cache des secrets très top secret. Le décor est drôle. L’actrice fait passer Nikita pour une habitante de la Petite maison dans la Prairie. Fait rassurant: elle croise un James McAvoy qui s’amuse beaucoup en agent trouble au look improbable! Et surtout Thero se lance des défis physiques en affrontant des tueurs de l’est et de l’ouest!

Elle donne de sa personne et cela se voit à l’écran. Imitant physiquement la chanteuse de Blondie, elle cogne fort et prend des coups dans un style qui ferait plaisir à feu Tony Scott, petit frère de Ridley. En terme de cascades, David Leitch assure largement et le jeu d’espions est réjouissant par les improbables chorégraphies qui font penser aussi à John Woo. Ca recycle à mort le style eighties (cf notre grand rendez vous de l’été). Cela justifie une violence débridée et graphique.

C’est de la bédé au ciné (le film est inspiré d’une “graphic novel”). Il y a de l’ambiguité et quelques idées tordues. C’est bien fichu. Franchement, après beaucoup de nanars cette année, cette série B sort clairement du lot. Le cascadeur peut être un bon cinéaste. Les brunes ne comptent pas pour des prunes chantait Lio! Les blondes non plus ajoutent Charlize Theron!

Avec Charlize Theron, James McAvoy, Sofia Boutella et Eddie Marsan – Universal – 19 aout 2017 – 1h50

Auteur: Le Z au Top

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.