Yours to keep

On poursuit notre périple de l’autre coté du Monde avec un groupe assez gonflé et très attachant: Sticky Fingers!

Il faut dire qu’il faut une certaine dose de folie ou de jemenfoutisme pour prendre le nom d’un des plus fabuleux albums des Rolling Stones. Les doigts gluants. La grande classe pour un groupe au look assez fantaisiste, qui ne déplairait pas aux Nordistes de Marcel et son Orchestre.

Dylan Frost et ses copains ont une touche impossible mais ils défendent bien une idée. La musique n’est qu’une question de fusion. Leurs chansons se promènent sur un spectre aussi large que l’Australie.

Leur musique est mainstream mais elle est d’abord ludique puisque les musiciens ne sont jamais là où on les attend. Le chanteur semble avoir une vie aussi dissolue que Keith Richards. Ses soucis se concentrent dans sa musique.

On entend donc un rock poli, qui glisse vers des choses plus urbaines de temps à autres. On pourrait parler de musique psychédélique puisque le groupe a clairement la bougeotte et change de registre dix fois, et parfois plusieurs fois sur la même chanson.

La sobriété de l’album surprend un peu mais ce disque donne de l’espoir pour la pop. Elle peut échapper aux standards. Elle peut avoir un aspect réellement populaire, vivant, qui nous réconcilie en quelques chansons avec le genre!

Sureshaker & Sticky Fingers – 2019

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.