Empire State

Depuis Scarface, c’est trop cool d’avoir des cols “pelle à tarte” et des grosses lunettes fumées avec un accent étranger pour dire des mots comme “fooock” ou “shiiiit”. Depuis L’impasse, il n’y a rien de mieux que de replonger dans les années 80, à une époque où New York n’était pas un parc pour touristes mais une poudrière de gangsters plus ou moins charismatiques. Mais tout le monde n’a pas le talent de Brian de Palma.

Dito Montiel – rien à voir avec ce voyou de Bernard qui hante le sud de la France et les plateaux de télévision – est fasciné par les voyous et les légendes du Queens. Ses films se situent dans ce quartier bouillant de New York, où les communautés se côtoient avec plus ou moins de bonheur. Il aime filmer le bitume et ses lascars. Il a une vraie fascination pour ça depuis son premier vrai succès, Fighting avec son ami bovinesque, Channing Tatum.

Il doit bien aimer les acteurs inexpressifs car il engage pour Empire State le costaud catcheur sympathique Dwayne Johnson pour jouer un flic qui se pose des questions sur deux amis qui pourraient être responsables d’un braquage incroyable de fourgons blindés.

Pour interpréter les apprentis voleurs, le réalisateur a débauché Liam Hemsworth, le frère du balèze Chris “Thor” Hemsworth et nettement moins charismatique, et Michael Angarano, gamin qu’on a vu grandir dans plein de films et qui a conservé l’aspect tête à claques du gamin star qui cabotine en permanence.

Pour le coté “incroyable” de cette histoire vraie, il faut aussi s’interroger: la reconstitution est pleine de couleurs avec des fringues improbables, des voitures clinquantes et quelques titres funky. Mais c’est mou, mou, mou. C’est évidemment dû à l’interprétation des deux héros! Montiel a beau travailler une solide reconstitution à la manière de… il n’est qu’un petit délinquant face à des monstres sacrés comme Scorsese ou de Palma. Ce petit polar est une petite faute de goût dans un genre qui révèle les grands noms du cinéma américain. Quand on s’appelle Montiel…

Avec Liam Hemsworth, Dwayne Johnson, Emma Roberts et Michael Angarano – 2013

Auteur: Le Z au Top

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.