Blair Witch

Il y a des années, la forêt de Blair Witch faisait peur avec quelques petits cailloux. Aujourd’hui, ca ne fait plus peur et on ne voit même plus les petits cailloux!

A la place il y a rien… vraiment rien. Depuis Paranormal Activity, le found footage est devenu à la mode dans le cinéma d’horreur et cela donne une ribambelle de séries B souvent mal torchées et mal jouées. C’est le cas de ce nouveau volet de la saga inutile de Blair Witch.

Le premier film se suffisait à lui même avec son concept minimaliste, ses idées rigolotes et son système D qui allait lui garantir un immense succès. Les auteurs du film d’ailleurs ne s’en sont jamais remis. Comme leurs héros, ils ont disparu eux aussi.

Idem pour le second opus, complètement crétin et sans saveur. En plein folie, du “camescope qui filme des fantomes”, Blair Witch a de nouveau sa légitimité car il est presque le fondateur du sous genre! Réalisateur de petits films d’horreur sympathiques, Adam Wingard semblait être la personne idéal pour mettre les pieds dans la forêt de malheur. He bien non, il aurait mieux fait de poursuivre son chemin vers des récits plus originaux.

Puisque le drame se reproduit sans cesse: des zigotos décident de percer le mystère de la forêt de Black Hills dans le Maryland. Ils se filment sans arrêt. Partout il y a des interdictions d’entrée. Mais ce n’est pas grave. Alors qu’ils connaissent la légende ils y vont joyeusement. Parce qu’ils ont un drone. Même quand une menace leur colle aux baskets, ils filment. A l’heure du selfie, ca ne nous surprend plus. Tiens un monstre qui me poursuit… et hop, sur snapchat!

Bon les héros de ce genre de spectacle ont généralement de la marmelade dans la tête mais là tout est liquide dans le cerveau des six randonneurs en mal de sensations fortes. On est bien content qu’il existe une vieille malédiction ou une sorcière champêtre pour décaniller tout ce petit monde! Car en plus d’être joués par des mauvais comédiens, les personnages sont agaçants et mauvais réalisateurs: la moitié du film, ils montrent des arbres dans le noir. Super comme divertissement?!

En tout cas, on baigne en plein cauchemar: voilà tout ce qu’il ne faut plus faire dans un film d’épouvante. Blairwitch, troisième du nom: aux orties!

Avec Callie Hernandez, James Allen McCune, Brandon Scott et Valorie Curry – Metropolitan video – 2016

Auteur: Le Z au Top

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.