• Art-scène
  • Cinéma
  • Livres
  • Musique
  • Vu à la télé

Pursuit of Hapiness, Nature Theater of Oklahoma

Oubliez tout ce que vous connaissez sur le bonheur.

Hugo, l’Interview, Essaion

Une expérience inédite et envoûtante.

Le Révizor, Nicolas Gogol, Paula Giusti, Montansier

  L’histoire se passe il y a très longtemps « quelque part entre la...

Cirque plein d’airs, Les Caramels Fous, Théâtre Le 13ème Art

      Caramels, bonbons et sourires Les Caramels fous, c’est une...

KROUM, Théâtre Gérard Philippe, Hanokh Levin, Jean Bellorini

une comédie drôle et sensible écrite par un auteur israélien (Hanokh Levin), qu’un metteur en scène français (Jean Bellorini) a choisi de faire interpréter, dans sa langue, par la talentueuse troupe de l’immense théâtre Alexandrinski (considéré comme le plus ancien théâtre de Russie) savamment habillée par Macha Makeïeff.

My Ladies Rock – Jean-Claude Gallotta – Théâtre du Rond-Point

“La femme est le présent de l’homme” My Ladies Rock est un...

Songes d’un illusionniste – Rémi Larrousse – Théâtre du Lucernaire

Quand la logique du réel vient rejoindre les rêves…...

La fresque, Angelin Preljocaj, Chaillot

Une bulle poétique, langoureuse et dynamique à la fois.

Actrices, Pascal Rambert, Marina Hands, Bouffes du Nord

“Actrice”, une pièce comme une déclaration d’amour aux acteurs, à leur gloire et à leur fragilité.

Eugénie Grandet, Balzac, La Guillonnière, Théâtre Montansier

  Par le passé, Eugénie Grandet m’a déjà plu deux fois. La...

3 Billboards, les panneaux de la vengeance

Face aux vieux démons de l’Amérique (le racisme et la violence), le cinéaste réussit à aborder le sujet de manière différente et propose un spectacle inédit, où l’humour s’invite à notre plus grande surprise. Le drame s’éparpille pour devenir une chronique sociale qui n’oublie pas d’être poignant, drôle et fascinant.

Le Labyrinthe le remede mortel

SUITE ET FIN DE CETTE AVENTURE QU’EST LE LABYRINTHE ET QUI AURA SU...

In the Fade

Diane Kruger, géniale actrice, dans un drame un peu trop petit pour son talent.

The Cloverfield Paradox

Ecrasé par les références, ce nouveau volet opportuniste de Cloverfield est un navet catastrophique. Ca vole pas haut

Wonder Wheel

La déprime du personnage central semble un peu envahir le spleen pourtant créatif du clown triste qu’est Woody Allen. Il se remet à la beauté de l’image pour tromper son monde et jouer avec le désenchantement de l’existence. Wonder Wheel est un film recommandable, plus que son auteur en ce moment, mais il semble un peu arrivé après la bataille. comme la roue ou un manège, cela tourne un peu en rond.

Pentagon Papers

Les journalistes vont donc se battre pour affronter le pouvoir en place et défendre la démocratie. Le refrain est connu. Mais les trompettes ne sont pas triomphantes, la partition est jouée avec finesse. C’est Spielberg tout de même. A la différence des politiciens, il apprend de ses erreurs.

The Passenger

Liam Neeson dans son costume habituel: le gars normal qui va te sauver la vie avec une grande efficacité. Le nouveau Charles Bronson finirait presque par lasser

Insidious la dernière clef

UNE SAGA PLUTOT CONFIDENTIELLE QUI FAIT SON PETIT CHEMIN ET QUI POUR MA PART SURPASSE DE LOIN “CONJURING”, QUI JOUE SUR LE MÊME TABLEAU. AVEC LES MEMES PRODUCTEURS.

Downsizing

CA PASSE COMPLETEMENT A COTE DE SON SUJET ET CA C’EST VRAIMENT LE COMBLE. VOULOIR FAIRE UN GRAND FILM SUR DE PETITS HOMMES MAIS DE VOIR ET FAIRE LES CHOSES A TAILLE NORMALE. ON A PAS D’INTERACTION AVEC LES GRANDES PERSONNES DU COUP ON RESTE DANS CE MONDE SANS VRAIMENT VOIR QUE C’EST L’AUTRE MONDE, CE QUI ENLEVE TOUTE LA MAGIE DU SCENARIO ET TOUTE LA PARTIE ÉCOLOGIQUE EST ÉVINCÉE….

Le Portrait interdit

Il y a l’élégance. Du début à la fin. Mais il n’y a jamais vraiment l’opposition pourtant proposé par le sujet entre l’Asie et l’Occident. Entre l’émotion et le sentiment. Entre la femme et l’homme. C’est tellement retenu que parfois, il faut l’avouer, il ne se passe plus grand chose.

Arrête avec tes mensonges, Philippe Besson, éditions 10/18

Ils sont rares, ces écrivains français qui parlent d’eux-mêmes sans prétention. Ils sont rares et c’est d’autant plus appréciable. Besson a l’art de nous faire douter. Est-ce tout à fait lui ? Ou est-ce un autre ? L’emploi de la première personne du singulier brouille les pistes. L’utilisation des descriptions physiques (très) proches de son apparence laisse perplexe.

« LES TONDUES », Perrine LE QUERREC, Jacques CAUDA

« Nous sommes métisses / Nous sommes l’épouvante et la puissance / L’utopie et la faille / L’inégalité flagrante vivante souffrante vibrante rayonnante / Nous sommes une bouche le langage – des seins un cœur- des bras l’étreinte – des cuisses la force – des yeux la perception – deux cerveaux l’intelligence – un sexe la vie / Une chevelure / Une femme. »

La femme au serpent, Claude Izner, éditions 10/18

Lorsque Laurence et Liliane, les deux sœurs qui se cachent sous le pseudonyme de Claude Izner, ont décidé de mettre fin aux aventures du libraire Victor Legris, nul doute que leurs lecteurs ont été déçus. Euphrosine, Joseph, Tasha et les autres allaient nous manquer.

Transport

Yves Flank a une écriture si évocatrice qu’il nous fait autant entrer dans la nature la plus charnelle qui soit que dans la recréation d’un certain Paris des années 1940. Il y a notamment un passage sur les cours des immeubles où se concentre la vie en commun, les chanteurs qui viennent pousser leur mélopée. Il y a aussi un personnage de concierge qui fait froid dans le dos.

Robopocalypse

Aujourd’hui il pleut. Il nous semble loin le temps où l’on...

Les vacanciers, Emma Straub, éditions 10/18

Pour la plupart d’entre vous, les vacances sont finies et bien finies. Voici un livre qui vous en rappellera certaines sensations. La chaleur, l’eau, les repas entre amis qui traînent, les apéritifs sur la terrasse à n’en plus finir. Les retrouvailles, chaleureuses ou distantes.

Les fils d’Odin, Harald Gilbers, éditions 10/18

Le style d’Harald Gilbers est fluide, les descriptions si subtiles et précises qu’on vit littéralement ce récit. Les abris anti-aériens paraissent réels : escaliers, odeurs de terre, odeurs de peur, le temps qui passe si lentement.

Derrière la porte, Sarah Waters

Sexe, mensonge et meurtre. Le dernier livre de Sarah Waters nous plonge dans une histoire impossible à lâcher où la tension est palpable de la première à la dernière page.

Ma vie, Lyn Hejinian,  Les presses du réel

Ici le langage est agité, le désordre d’une vie organisé selon une partition musicale expérimentale. En cadence.

Sélection BD: le plein d’actu

C’est pourquoi la bédé s’est intéressée de plus en plus à des sujets d’actualité. Il y a même des bédés qui traduisent l’actualité. Un autre support pour voir les choses autrement. Cela fait du bien. Car la lecture appelle du temps et de la compréhension. Une volonté particulière. Avec des petites bulles et des petits personnages, c’est toujours mieux !

Starcrawler

Les filles sortent les griffes depuis quelques mois et c’est tout à fait normal! On célèbre à notre tour le rock au féminin, moins frileux que celui des poilus. La démonstration avec Starcrawler et sa chanteuse, fiancée de Frankenstein électrisée!

Dream Wife

C’est cet étrange dépouillement auquel nous ne sommes plus habitués qui fait bien la différence sur cet exceptionnel disque puissant et drôle. On a la gouaille de Blur et tout cet humour londonien qui nous revient en pleine face. Les guitares se limitent à n’être qu’une ligne claire mais redoutable. Tout comme la batterie.

Through the walls

Les gaillards du groupe ont toujours aimé faire danser les foules mais surtout ils aiment bien tenter d’autres univers, d’autres ambiances, d’autres tempos. Les albums sont ainsi inégaux mais Whomadewho est un groupe qui travaille dur et qui refuse de s’arrêter à un style, une mode. Juste pour cela on les aime.

Marabout

Le swing est aussi présent dans les boucles sonores. Il convoque le jazz et un piano expressif. Pas mal du tout. Et Swing ne s’éparpille pas. Il n’en fait pas trop. Il résume sa pensée sur dix titres. Il parle de la mort, des déceptions, les erreurs de la vie mais sa musique n’est pas tristounette pour autant.

Blood

Le rythme de l’amour, les coups de reins, les notes qui suintent le sexe… la soul selon Milosh, c’est d’abord une certaine lenteur, un autre temps, une dimension lointaine. Il fabrique de petits espaces où l’on prend d’abord le temps de s’installer avant de penser à autre chose (bande de petits coquins).

Shadow people

La musique de Limananas n’est pas révolutionnaire. Du bon gros garage rock avec une pointe d’humour et une vraie passion qui transpire sur les accords. Ils imitent tellement bien la musique américaine qu’ils sont peut être plus appréciés là bas. Leur talent y est reconnu et ca commence à se savoir chez nous.

Take Me Apart

Les petits nouveaux sont très actifs dans le R&B. Est ce une bonne nouvelle? Sûrement: les standards sont devenus lassants. Heureusement il y a des curieuses qui cassent l’air de rien les conventions.

Aromanticism

Le bonhomme se livre. Son vague à l’âme est d’une beauté que l’on ne connaissait plus depuis longtemps. Il a une classe folle ce Moses Sumney. Il parle des amours lointains et décortique la solitude avec des chansons tristes mais jamais molles.

Between the earth & sky

Chez Lankum, il y a une mise en scène précise dans chacune de leurs compositions. C’est le fort des Irlandais, expressifs et peut être excessifs. Mais c’est aussi la raison pour laquelle le folk irlandais pourrait passer pour une leçon de rock ou même de punk.

Nothing feels natural

Venu de Washington DC, Priests est encore un (demi) groupe de filles qui veulent faire la révolution. Franchement, chouette alors car elles amènent quelque chose de nouveau et un souffle féminin ce qui ne veut pas dire rose bonbon et niaiseux. Katie Alice Greer est une sacrée hurleuse. En deux chansons on tombe amoureux d’elle.

Pyoooooongyaaaang, ton décaaalaaage impitoyaaabllleeeee

Aujourd’hui au programme diction, écriture et géographie !

De pluie, de Nutella et donc de crue

Ah bah ça ! Comme si les morts de Johnny et de France Gall ne suffisaient...

Coincoin bless you ou la vie Trump

” après ta belle-mère qu’est-ce que tu détestes le plus, les mexicains ? ok, va pour les mettre derrière un mur”

Chaines info…le stagiaire du jour de l’an

Ahhhh ça oui, il est des vies que l’on ne peut envier, celle d’un SDF...

2017, tagada pouet pouet

Ah bah voilà ça y est, l’année se termine, encore une de bouclée, moi...

Après ton black Friday, c’était comment ton Thanks Giving ?

  Hi guys ! Alors comme ça on aime s’américaniser mes ptits...

Le meilleur relooking de quiche et bienvenue dans mon slip !

Oui ! O grand oui, tout le monde peut désormais avoir sa chance de passer...

Higgins is dead, nos 80’s sont sur la Selleck

J’étais parti mais alors franchement lancé, comme un dératé à six...

6 mois après, présidentielles, que sont-ils devenus ?

Nous nous sommes procurés un extrait des mémoires de campagne de Jean LASSALLE : « Grum poulou lououo lou plum plum voilà krinuf krinuf ploum ploum rhuuuuu errrrrr combadriote et errrrrr combadriote, euhhhhhh ummm a soif ummmm que errrr combadriote ». Déchirant de vérité.

10 bonnes raisons de participer à Koh-lanta

Séquestré par des adoratrices de mon corps et de ma plume depuis plus de...

Recent Reviews From All Categories

JE SUIS CHARLIE

http://www.charliehebdo.fr/

Vu à la télé !

advertisement
IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.