Composer en danse, Yvane Chapuis, Myriam Gourfink, Julie Perrin, Les presses du réel
Mar30

Composer en danse, Yvane Chapuis, Myriam Gourfink, Julie Perrin, Les presses du réel

Dix chorégraphes dressent une cartographie de l’écriture de la danse où nous sommes invités à voyager, de verbes en actions, d’expériences en pratiques. « Mais quand on n’est pas un danseur ; quand on serait bien en peine non seulement de danser, mais d’expliquer le moindre pas ; quand on ne possède, pour traiter des prodiges que font les jambes, que les ressources d’une tête, on n’a de salut que dans quelque philosophie », écrit Valéry dans sa Philosophie de la danse (1939). « ADRESSER » Si l’ouvrage Composer en danse n’est pas à proprement parlé un ouvrage de philosophie, il répond cependant à la question jusqu’ici sans réponse : qu’est-ce que la danse ? « Il est beaucoup plus simple de construire un univers que d’expliquer comment un homme tient sur ses pieds. » (ibid.) Et comment il danse, pourrions-nous ajouter. « CHOISIR » Livre infini, sorte d’encyclopédie du mouvement dans ses états exceptionnels, dans une durée faite d’énergie et d’instabilité, Composer en danse est le livre des vies intérieures, dans une perspective aussi bien historique que contemporaine. « CITER » Par des pensées savantes et spontanées, élaborées et souvent parallèles – car elles abordent tous les champs de la création, les dix chorégraphes esquissent des pas d’interrogation, des pas de réflexions, à travers les expériences vécues dans leur corps même, dans leur langue, leur mouvement, leur scène, leurs échanges. « COLLECTIF » Les chorégraphes jouent et se jouent de la pesanteur, et les définitions qu’ils nous livrent ici permettent l’observation, mais aussi l’approche de cet autre monde. Les actions qui produisent l’œuvre, son rythme, sa poésie, se déclinent en repères formant autant d’entrées et de références : ainsi nous allons, au gré de nos propres trajectoires,  de l’organique au logique, de l’humain à l’animal, du spectateur au danseur. « CONTRAINTE » Invitation permanente, le livre dans son ampleur créé les terminaisons nerveuses qui facilitent notre immersion dans cet art. « DRAMATURGIE » Production incessante de travail, l’état dansant active un vocabulaire qui lui est absolument propre. Singulier et sans cesse sur l’arête des mots et des sensations, ce vocabulaire compose une syntaxe motrice qui articule le mystère des corps. « ESPACE » Enfin, signalons la beauté plastique du livre, sa mise en page graphique et iconographique, montage de haute qualité, où l’œil et l’esprit circulent aisément. Les verbes cités en tête de paragraphe sont extraits de la table des matières du livre. Composer en danse – Un vocabulaire des opérations et des pratiquesYvane Chapuis, Myriam Gourfink, Julie PerrinLes presses du réel,...

Read More