Zoo

Elle ne donne pas souvent de ses nouvelles. Quand on en a, c’est un vrai plaisir d’entendre la voix douce et apaisée de Francoiz Breut!

Compagne de l’immense Dominique A, Francoiz Breut a toujours été discrète. On pensait même qu’elle en avait finie avec la musique, la pop ou les copains d’une génération (Kat Onoma, Philippe Katerine ou Autour de Lucie). La jeune femme timide est devenue une personnalité épanouie, sûre de ses forces, ravie de son exil en Belgique, à Bruxelles. Le succès est enfin arrivé pour Dominique A. Il pourrait surgir de nouveau pour cette artiste des années 90 qui, en fait, apparaît par éclipse.

Elle représente effectivement la face cachée de la pop. Francoiz Breut  aime prendre son temps. Elle a tout d’un artisan qui ne veut pas se laisser aller aux conventions, aux modes et aux obligations. Elle est plutôt fuyante mais jamais elle ne fut désobligeante ou prétentieuse. Bien au contraire: sa simplicité a prouvé sa sincérité. Ses chansons sont de plus en plus claires. Dans le bon sens. Elles vont à l’essentiel et ne s’adresse qu’à l’intelligence de l’auditeur.

Breut compose donc de jolies chansons bien tricotées. Elle est douée: c’est de la dentelle. Elle tente même des combinaisons difficiles en chantant en allemand! Ca fonctionne! Elle ose des choses mais toujours avec cette fausse candeur qui cache une fine connaissance de la musique pop.

Les apparences futiles se transforment au fil des minutes en savantes compositions où Breut peut, après vingt ans de carrière et cinq albums, assumer toutes les féminités, entre glamour lumineux et matière grise. Elle croque gentiment son époque tout en pensant à faire de belles ritournelles qui vont se scotcher au fond du cerveau. Elle travaille le fond et la forme.

Elle est douée pour ça et ce sixième opus montre définitivement qu’elle a cette part de mystère qui fait un grand artiste, capable de nous embarquer ailleurs, nous faire prendre du recul sur notre temps, qui nous éloigne du zoo médiatique entre buzz, réseaux sociaux et selfie. C’est une grande dame qui ne veut pas le savoir. L’humilité est peut être la très grande vertu de Francois Breut et ses disques!

Caramel Beurre salé – 2016

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.