Young Guns

Bon dimanche, chers lecteurs. Tel l’oncle Paul dans la célèbre bande dessinée, laissez moi continuer la formidable histoire d’un acteur assez peu génial mais qui a bel et bien marqué les années 80: le fils de Martin Sheen, Emilio Estevez.

Au début des années 80, Emilio Estevez ne veut pas profiter de la notoriété de papa. Il profite de quelques oeuvres décalées pour se faire remarquer et puis c’est le succès avec Breakfast Club. Un an après, le comédien est à la tête d’un énorme four, Maximum Overdrive. Il fait aussi une mauvaise expérience avec son premier long métrage en tant que metteur en scène, Wisdom.

Il devient alors un solide complice pour ne pas à avoir porter sur ses frêles épaules les bides. Les films de groupes ont fait sa gloire. Il continue donc dans cette voie et laisse son ego de coté, ce qui est tout à son honneur et participe à la sympathie que l’on peut avoir pour ce comédien peu expressif au demeurant.

Cela lui vaut un succès surprise en 1988 avec Young Guns où l’on retrouve tous les joyeux drilles de cette décennie. Ils refont ensemble l’histoire de Billy the Kid. Estevez sera la star mais il y a tous les jeunes loups d’Hollywood qui veulent confirmer leur statut à Hollywood. Ce ne sera pas vraiment le cas. Néanmoins, Estevez a un bande qui a de la gueule avec entre autres, son frère, Charlie Sheen et Kiefer Sutherland.

Le film lui est une tentative de western avec les effets des années 80. Il y a du filtre et de la guitare électrique. C’est plus ou moins réussi mais cela reste de la solide série B, ne cherchant rien sauf divertir le spectateur, servi par un casting assez royal puisqu’il faut ajouter aux petits jeune, des briscards comme Terence Stamp ou Jack Palance.

Ce succès entrainera une suite un peu plus kitsch encore et sera le dernier grand titre de gloire d’Emilio Estevez, qui se concentrera par la suite à la réalisation de projets qui lui tiennent à coeur. Discret, cette humilité et ce manque de réussite font de lui un vrai personnage des années 80!

Pour l’anecdote, Pat Garrett est joué par Patrick Wayne, le fils de John Wayne… une étoile très très filante des années 80 lui aussi.

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.