Wonder Days

Blur sort un nouvel album dans l’année. Okay d’accord mais sachez que Thunder, autre groupe anglais sort aussi un disque. Tout aussi important!

Les nostalgiques de la Britpop approchent de la quarantaine. Ils voient leurs idoles vieillir. Ils dépriment. Ils n’arrivent plus à se remettre des soirées bien arrosées comme à l’époque où ils écoutaient Blur, Oasis ou Pulp. Heureusement Damon Albarn et ses copains se réunissent à nouveau et un nouveau disque de Blur déboule bientôt.

Blur, c’est le versant poli, élégant et londonien de la pop music made in England. Le versant prolétaire de la musique en Angleterre ce pourrait être Oasis et ses frangins têtes de lard. C’est aussi le bon vieux hard rock tatoué célébré par des millions de personnes avec le succès jamais démenti de Iron Maiden.

Dans le sillage de ce groupe, on trouve toute une ribambelle de hardos britanniques plus ou moins sérieux. On pense à Spinal Tap. On peut aussi se rappeler avec émotion de Whitesnake et son sex appeal capillaire, Def Leppard et son batteur manchot ou Thunder, qui nous intéresse aujourd’hui.

Thunder n’a jamais eu de chance. Il connaît toutes les galères du business. Le groupe s’est séparé et recomposé autant de fois que Benny Hill s’est mis à courir après des pin-up. Il a connu quelques succès puis ce fut les années de galère avec des albums mous comme un fish & chips sous la pluie écossaise (j’ai testé pour vous, cela vous marque une vie). Ils conservent une aura au Japon! Tous les clichés du genre!

Pourtant les lads du groupe persévèrent. Après 7 ans d’absence, ils sortent un nouvel album très rock’n’roll et pas désagréable du tout. A l’heure des reboots et des revival sont à la mode, le son très hard rock classic de Thunder est presque hype! Il y a de jolis chansons avec un piano triste et une guitare qui couine. Il y a une batterie qui cogne un rythme binaire sans surprise. Il y a des refrains qui se scotchent dans la mémoire.  Le chanteur hurle comme il peut mais semble conscient de ses limites.

Thunder sort ce dixième album sans grande originalité. Aucun éclair de génie mais le groupe est plus en forme que la plupart des vieux hardos qui ont arrêté les drogues, le sexe et, pour certains, le rock’n’roll.

2015 – ear music

Auteur: Le Z au Top

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.