We’re all someone from somewhere

Cet été, ce n’était pas très gai, mais on a eu des nouvelles plutôt réjouissantes des éternels et toxiques leaders d’Aerosmith qui en profite pour se lancer dans une dernière tournée d’adieu qui devrait être héroïque.

Car les deux têtes pensantes du groupe ne sont pas tout à fait dans le même état. Le guitariste a fait un malaise cardiaque en jouant en compagnie de Johnny Depp (ce type a la poisse en ce moment) et le second lui a décidé de sortir son tout premier album solo… à l’âge de 68 ans.

En toile de fond, il y a donc une tournée d’adieu que certains membres du groupe voudraient en fait sans fin. En tout cas, ca sent le crépuscule pour Aerosmith. Les héros de la débauche et du rock’n’roll le plus déluré ou caricatural n’ont plus la pêche. Il y a a bien l’envie mais ca ne suit pas trop, les muscles et l’énergie.

D’ailleurs pour son envol en solitaire, Steven Tyler est d’une sobriété étrange. Il s’imagine d’un seul coup en vieux sorcier cajun avec un album volontairement roots mais tout de même produit pour les radios. Il n’a jamais perdu le sens des affaires, le papa de Liv Tyler (qui a d’ailleurs un peu disparue des radars ces derniers temps).

C’est de la country soyeuse, assez pop pour être entendu par le plus grand monde. Il y a ici et là des guitares qui s’agacent mais sinon, c’est en mode retraité en Louisiane, que Steven Tyler, venu de Boston, se montre pour son premier essai, tout seul comme un grand.

Il a un bon carnet d’adresses. Plusieurs grands noms de la musique country dont l’inévitable et doué T Bone Burnett participent à la production de l’album. Ca ne change pas grand chose au résultat: on dirait une musique de films pour un blockbuster, grande spécialité d’Aerosmith.

Ce n’est pas toujours désagréable mais sur presque une heure, ca sent un peu la redite. On sent que le chanteur à grande bouche voudrait faire sa révolution mais il n’y arrive pas totalement. Ca sonne toujours comme du Aerosmith qui s’est désormais mis à la camomille! C’est un trip de vieux hippy qui est revenu de tout et qui se fait un petit plaisir, un peu coupable en se prenant pour un vieux cowboy. Tyler est rentré dans le rang. Vivement la tournée d’adieu…

Dot Records – 2016

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.