We go Home

« Fils de », Adam Cohen fait de la musique folk, comme son papa. Et alors ?

Le calendrier des sorties réunit parfois les familles. Le vénérable Leonard Cohen sort un tout nouvel album et son fiston aussi. Inutile de dire que c’est le papa qui va intéresser toutes les presses du monde entier donc nous, nous allons mettre en avant le fils, Adam Cohen, qui sort son quatrième disque, intimiste et folk.

Il se débrouille très bien d’ailleurs. Le succès fut tardif pour cet auteur de 42 ans. Après deux premiers essais, Adam Cohen prenait sa retraite  musicale en 2007. Son père aussi à l’époque était bien silencieux, caché dans son couvent bouddhiste. Mais visiblement, cette période de disette fut bénéfique pour toute la famille.

Le père remplit désormais Bercy en un clin d’œil et Adam Cohen revient avec un album qui fonctionne très bien au Canada. Like a man en 2012 fut un carton. Ce nouvel album, We go Home, fut réalisé dans les maisons de son enfance : il en sort une vraie authenticité qui fait effectivement le sel de la musique folk.

Désormais, Adam assume l’héritage de Léonard. La filiation, il la montre pleinement et l’évacue sans stress, sans excuse, avec l’envie d’un solide artisan qui semble fier de son boulot. Ce n’est pas très original mais assez accessible et plutôt sensible.

Il n’évite pas les clichés. Il les embrasse. La voix est éraillée mais porte le poids des années. L’expérience fait maintenant la différence. Acoustique, le disque n’empêche pas un certain lyrisme et un élan militant. Il n’a pas le génie du grand Léonard, mais il a le talent et l’intelligence. Tel père, tel fils.

2014 – Cooking Vynil

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.