Truth: le prix de la vérité

Ce n’est pas en France que l’on verra une fiction autour de PPDA! Aux Etats Unis, Dan Rather, idole médiatique et journalistique, a droit d’avoir la tronche de Robert Redford! Hélas, c’est dans un film un peu soporifique aux intentions louables.

Comment expliquer Dan Rather? C’est LE journaliste américain. Voilà le type qui défend les valeurs de l’Amérique, qui veut la justice, qui dénonce ce qui est caché par les plus grands. Derrière son costard, il y a un vrai héros de la presse qui a dans son émission, 60 minutes, éveillé les consciences et affronté les puissants.

Il n’y a pas d’équivalent en France. Pourtant ce type irréprochable a un jour chuté. C’est ce que raconte le film de James Vanderbilt. En s’attaquant à George W.Bush (il venait de dénoncer les tortures dans les prisons irakiennes), Dan Rather et sa productrice vont connaître un véritable tsunami médiatique qui pourrait tout emporter.

Lui, c’est Robert Redford. Toujours la grande classe avec son style cool et coulant! Elle, c’est Cate Blanchett. Inutile de vous dire qu’elle est remarquable! Après Spotlight, Truth le prix de la Vérité montre le travail d’un vrai journalisme au service des autres et de la liberté. Mais là, la machine s’emballe et le film observe la corruption des esprits et la violence du cynisme.

Dans le fond, il est très difficile d’attaquer ce film à la gloire de l’honnêteté avec des seconds rôles parfaits dont un Dennis Quaid qui vieillit décidément très bien. Hélas, dans la forme, Truth le prix de la vérité, est laborieux. Scénariste de Basic ou de Zodiac, James Vanderbilt n’arrive pas à porter son récit avec une vraie vision. C’est très linéaire et didactique.

C’est intéressant mais ensuite il multiplie les réunions jusqu’à l’ennui. On comprend la crise de nerf de la productrice et la résignation d’un vieux lion journaliste: on a tout de même le droit à deux heures de coups de fil, d’engueulades autour de l’éthique et d’entourloupes du gouvernement Bush. Le film enfonce un peu des portes ouvertes mais mérite le coup d’oeil car en période de chaines d’info continu, ce petit cours sur le journalisme est une bonne piqure de rappel.

Avec Robert Redford, Cate Blanchett, Topher Grace et Dennis Quaid – Warner Bros –  6 avril 2016 – 2h06

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.