The Wanderings of the Avener

Cela commence par une jolie plage exotique de sons pimpants, chauds et ensoleillés. La pochette est bleue. Elle nous aiguillerait vers une cold wave, toujours aussi vivace. Un peu trop sombre. Pourtant le premier morceau de The Avener ressemblerait aux morceaux trop rares de Roudoudou.

La suite est plus convenue. Le second devrait tourner sur les radios. Derrière le nom de The Avener, il y a un dj venu de Nice. On comprend alors les idées lumineuses qui se promènent dans ses titres. Un troisième morceau montre son alliage sensible entre le gros beat qui fait secouer la tête et sa fine connaissance du groove en allant ressusciter des vieilles gloires.

Il y a donc des basses lourdes qui slappent, une guitare bluesy et les voix de Rodriguez  et John Lee Hooker ou des artistes plus récents comme Mazzy Star ou Adam Cohen. Le musicien ratisse large et cela fait du bien: il a l’air de s’y connaître en musique et cela l’inspire. Ce qui n’est vraiment pas la qualité des nombreux dj à succès!

The Avener retravaille donc les chansons des autres et apporte sa science du rythme sur ses coups de coeur et ses passions. Le résultat trouve ainsi une vraie cohérence. Très peu de déchets. C’est abordable. Rien d’underground. Vous pourrez entendre tous ses remix un peu partout dans les grandes surfaces. Ce n’est pas un défaut. C’est populaire dans le bon sens du terme.

Le type n’est fermé dans le hit absolu. Il bidouille quelques chansons qu’il considère méconnues. Pour l’efficacité ce premier album impressionne. Reste à savoir si The Avener va tenter lorsqu’il faudra créer ses propres créations. Il réussit en tout cas à titiller notre curiosité!

Capitol – 2015

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.