The Birth of a Nation

Nouveau film sur l’esclavage aux Etats Unis. Nouveau film sans grande nuance et un peu trop maladroit pour nous emporter!

Le réalisateur acteur Nate Parker a du culot. Il ose reprendre le titre du film de DW Griffith, The Birth of the Nation pour dénoncer ainsi le racisme de ce film  charnière de 1916.  C’est osé mais pas sûr que cette nouvelle naissance soit aussi importante dans l’histoire du cinéma.

Car Nate Parker n’y va pas avec le dos de la cuillère. C’est un film juste car il dénonce le sort de Noirs des années avant la Guerre de Sécession. Le rappel est louable et le film nous éprouve avec quelques séquences chocs !

Mais hélas, le scénario est sans grande surprise. On suit Nate Turner,  un noir qui sait lire et qui va devenir un pasteur pour tous les esclaves de Virginie. A force de voir les souffrances des  esclaves, il va se révolter.

C’est donc une sorte de Braveheart dans le Sud des Etats Unis. On s’ennuie ferme car la narration empile les scènes attendues. On est évidemment traumatisé par le quotidien ignoble des esclaves. Il y a des types réellement affreux et ils sont capables de choses horribles.  Mais c’est présenté sans aucune nuance. Seul le personnage joué par l’excellent  Armie Hammer a quelque chose de troublant.

Autrement on baigne dans un manichéisme qui finit presque par desservir le propos puisque l’on comprend mal la soif inouïe de vengeance qui réveille le pasteur, humble durant une très grande partie du film. On se demande si on n’a pas perdu quelques minutes au montage.

La reconstitution est admirable. Les décors sont puissants ainsi que les seconds rôles mais franchement on finit par s’ennuyer alors qu’on devrait partager l’envie de révolution. La mécanique du récit est trop connu pour que le film nous éclabousse de sa colère.

Néanmoins, la piqure de rappel n’est pas inutile par les temps qui courent. Les actualités le prouvent tous les jours. Nate Parker a du culot mais pas sûr qu’il ait du talent !

Avec Nate Parker, Armie Hammer, Penelope Ann Miller et Mark Boone Junior – 20th century fox – 11 janvier 2017 – 1h50

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.