Stranger to Stranger

Toujours sobre et élégant, Paul Simon est la rock star la plus discrète de toute l’histoire de la musique moderne. On se surprend à chaque sortie de disque de voir qu’il est toujours productif… et inspiré. La preuve avec Stranger to Stranger.

So beautiful or so what, le précédent opus des aventures solitaires de Paul Simon, était une petite merveille. Le musicien prouvait qu’il avait encore une volonté certaine de faire vivre sa musique. Si exotique en fin de compte. Depuis Graceland en 1986, il a montré toute son ouverture d’esprit et son goût pour les mélanges… épicés.

He oui. Il est poli. Il est discret. Il a un humour délicat. Il sait surtout apporter des musiques d’ailleurs dans un songwriting quasi universel. On continue d’être surpris en entendant un nouvel album de Paul Simon. Il a aujourd’hui 74 ans et cette envie de combinaisons bigarrées subsiste.

Le nouveau disque, le treizième sous son nom, serait presque déroutant. On devine de l’electro. La simplicité du personnage n’aurait rien à voir avec ce style synthétique et sophistiqué. On se rappelle alors que Simon est un curieux. Des autres et de ce qu’il ne lui ressemble pas. Mais vous savez quoi? Cela fonctionne. Une fois la surprise passée, on retrouve toute la malice et la douceur de Simon. Au fil du temps, il entretient son image de philosophe, humaniste, fidèle et gentil.

Trop gentil? C’est possible. Le disque manque parfois d’homogénéité mais cela reste honnête du début à la fin.

Il y a encore toute la spontanéité qu’on apprécie chez lui et c’est une qualité assez rare dans la musique. Il est difficile de détester ce type sauf si on ne se nourrit que de cynisme et de jeunisme. Le troisième âge est le bel âge pour cet artiste assez unique en son genre.

Pendant que d’autres papys du rock recyclent leurs vieux succès, Simon lui s’amuse encore et cela s’entend. Ce n’est pas toujours convaincant. Mais la voix nous fait entendre un jeune homme, capricieux et sage en même temps. Un aventurier qu’on est ravi de redécouvrir à chaque fois!

Concord records – 2016

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.