Stephan Eicher und die Automaten

Stephan Eicher orchestre un ensemble d’instruments comme un magicien. Aussi spectaculaire qu’émouvant.

Chanteur suisse allemand à la voix envoûtante, Stephan Eicher crée un concept de concert exceptionnel. Fidèle à son esprit nomade d’aventurier musical nourri de ses origines yéniches comme de ses voyages vers les sonorités africaines d’Ali Farka Touré, il s’aventure vers des live inexplorés.

Seul en scène, il dirige des cordes de ses guitares et des pédales à ses pieds les partitions d’un orgue, d’un piano, d’un xylophone et le plus saisissant d’un Tesla Coil. Cet instrument digne d’un laboratoire de Frankenstein produit des éclairs sonores qui électrisent la scène. Tout cet ensemble d’instruments semble s’animer au gré de son corps magicien.

En revisitant ses chansons culte comme Déjeuner en paix, Tu ne me dois rien ou Combien de temps,il leur offre des versions intimistes vibrantes d’émotion. Et présente de nouvelles chansons comme Prisonnière ou Si tu veux que je chante signées Philippe Djian. Entre deux titres, il fait rire, raconte des anecdotes, constate le temps qui passe. Savant équilibre entre mélancolie et humour.

Grâce à sa maitrise remarquable du langage de la musique et son amour de la scène, il évite deux écueils. Le premier : de faire de son concert solo un concept mégalo. Au contraire, il s’incline devant les instruments comme si les musiciens étaient derrière. Et le second : d’assurer une prouesse technique qui oublie l’émotion acoustique. Il réussit à créer une intimité avec le public comme s’il le retrouvait dans son salon musical et lui livrait la puissance des mots de ses chansons en piano/guitare-voix.

On en vient à être pris d’émotion devant tant de beauté. A s’émerveiller de toute sa créativité. Soudain la musique emplit tout le corps et l’on frissonne de plaisir. De son côté, Stephan Eicher ne peut s’abandonner pleinement car il est aux manettes d’instruments qui pourraient s’emballer s’il ne les a pas au pied et à l’œil.

On écarquille les yeux. Ouvre grand les oreilles. Rit de bon cœur. Bravo et merci.

Auteur: Estelle Grenon

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.