Sound the Charge

Du gros son pour se réchauffer, il n’y a rien de mieux !

D’ailleurs le quatuor de The HOST grille ses accords parfaits sous le soleil de Marseille. Mais leurs influences ne sont pas du tout méditerranéennes. Il faut traverser l’Océan Atlantique et aller tout droit vers Seattle.

Evidemment le grunge a marqué les quatre barbus. Mais il y a aussi le puissant son sorti d’une Californie en chaleur qui a fait le style flamboyant de Queens of the Stone Age. C’est vraiment du coté du Pacifique qu’il faut chercher l’inspiration de ce groupe ambitieux. Et juste pour ça, on les aime beaucoup.

Car ce n’est pas une pale imitation. Ce que l’on entend dans leurs riffs rageurs et les arrangements costauds, c’est de l’authenticité. Ils vivent un rêve et leurs chansons sont une invitation à une sorte de songe ou de fantasme très américain.

Aidé par l’ancien leader des Posies (groupe grunge qui a connu son petit succès au début des années 90), Ken Stringfellow, The HOST monte le son à fond et nous régale de morceaux virils et corrects. C’est une vraie chevauchée fantastique.

Ca ne fait pas forcément dans le détail mais c’est du bel ouvrage, car la volonté se ressent à chaque titre. C’est virevoltant. Le travail sur les voix et les harmonies possèdent tout le charme des productions bien ‘ricaines. Mais cela fait toute la différence. Ils jouent ensemble et cela s’entend. Mieux c’est un disque qui s’écoute et se réécoute. Les Marseillais ont bien intégré et digéré toute l’essence du Stoner et des sons rock populaires dans le bon sens du terme. L’assaut est lancé!

Modulor – 2016

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.