Sonic Highways

Comment va Dave Grohl, le nouveau poids lourd de la musique qui se joue très fort?

Très bien merci. Le petit adolescent consommateur de marijuana est devenu à 45 ans, l’un des personnages les plus influents du rock américain. Un peu par accident. Serait il aussi fort si Kurt Cobain n’avait pas eu cette idée saugrenue de se tuer? Aurait il pu construire un monstre sonore comme les Foo Fighters avec la présence de Nirvana?

Son émancipation avec la légende de Nirvana s’est révélé impressionnante. Avec humilité, Dave Grohl a su se bâtir d’abord une solide réputation puis un vrai charisme qui a libéré d’autres groupes amateurs de lourdes notes comme Queens of the Stone Age.

Maintenant, Dave Grohl gère sa carrière avec plaisir et un talent évident. Il est l’ami de tout le monde. Il participe à de nombreux projets dont le fameux Them Crooked Vultures. Et surtout il défend un rock couillu. Pas fin du tout. Mais très réjouissant. C’est toujours une histoire de copains finalement, les disques de Grohl!

C’est pour cela qu’on a toujours une tendresse pour ce batteur devenu leader malgré lui. Il n’existe que dans la musique et se défoule qu’avec ses vieux compagnons. Foo Fighters réunit donc les musiciens de toutes les époques. Pat Smear a fait son retour définitivement. Butch Vig, le producteur de Nevermind est toujours là. Ils continuent ensemble le chemin du rock bien yankee.

C’est le concept de Sonic Highways. Ils traversent l’Amérique et s’inspirent des villes visitées. L’enregistrement a lieu donc à Austin, New York, Nashville et bien entendu Seattle. Grohl et ses copains veulent s’inspirer des traditions locales, sans abandonner leur célèbre énergie qui a fait leur succès.

Sans surprise, le disque a sacrément la pêche. Les riffs sont bruyants. Les rythmiques sont virtuoses et la voix sait moduler les plaisirs du genre. C’est ce qu’on aime aussi chez Foo Fighters: ils n’hésitent pas à s’emballer pour les pires clichés du hard puis passer à des choses plus âpres ou périlleuses. Tout ce qui fait vriller les oreilles des vieux semble les intéresser.

Indécrottables, les Foo Fighters sont vraiment sympathiques. Leur absence de retenue fait tout le charme de leur carrière. Ils en font parfois trop. Parfois pas assez. Ils sont là où on les attend: au carrefour de tous les rocks.

RCA – 2014

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.