Singles

Le petit monde du rock est en deuil après le décès inattendu de Chris Cornell, leader de Soundgarden et figure héroïque du grunge. Hasard du calendrier la bande originale de la comédie romantique de Cameron Crowe, Singles ressort aujourd’hui avec des inédits exceptionnels qui nous rend mélancoliques!

Amoureux du rock, Cameron Crowe, réalisateur de Jerry Maguire pour citer son plus grand succès, avait célébré le grunge dans un petit film, Singles, avec un Matt Dillon aux cheveux longs et une charmante Bridget Fonda. En 1992, le film voulait sentir son époque et les chansons venaient pour la plupart de Seattle.

On entendait donc sur la BO, le son de Mudhoney, Pearl Jam, Screaming Trees, Soundgarden et même la guitare magique de Jimi Hendrix. Un joli catalogue où il manquait Nirvana mais on ne va pas se plaindre car le réalisateur a bon goût et réunissait de bien belles références.

Hélas, tout ce petit monde a disparu. Les groupes sont séparés. La grande faucheuse continue de moissonner. En écoutant le premier disque de cette remasterisation, on est bien nostalgique de cette époque où des petits jeunes prenaient les armes (euh les instruments) pour échapper à un morne quotidien et sauver une noble énergie: une jeunesse qui prenait le pouvoir et faisait du rock comme si c’était vital, voilà ce que l’on entend à nouveau dans cette bande originale.

Mais 25 ans après la sortie du film, Crowe et ses amis n’ont pas perdu la foi et offre une second disque d’inédits encore plus impressionnants. Evidemment, la mort de Cornell est pour quelque chose dans cette affection retrouvée pour cette compilation.

Mais qu’est ce que ca foisonne dans ce supplément. On est subjugué par ces guitares si vivantes. On entend les chants sombres mais magnifiques de Cornell ou Layne Staley (le chanteur regretté d’Alice in Chains). La production des chansons est simple mais tellement réelle.

Au delà du contexte, le disque révèle l’importance de jouer ensemble, de faire du rock à plusieurs, de la catharsis, du besoin de création, de la sève bouillonnante du rock, de l’humanité qui se dégage. Sans complexe et sans grand moyen aussi! C’est une leçon admirable que nous donne cette ressortie. Tous ses singles sont un vrai régal et un optimisme qui finit par prendre le dessus sur notre mélancolie et le deuil!

Sony – 2017

Auteur: Pierre Loosdregt

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.