Pyramide

Complice d’Alexandre Aja, réalisateur français adepte du film d’horreur hollywoodien, Grégory Levasseur réalise son premier film… son premier nanar aussi!

Producteur pour son copain depuis les débuts en France, Grégory Levasseur veut donc lui aussi s’essayer à la série B d’horreur avec jolies pépées et monstres violents. Bonne idée. Autre intuition amusante: mettre des scientifiques et des journalistes dans une pyramide mystérieuse déterrée dans une Egypte plongée dans le chaos…

Les Egyptions sont toujours une bonne source d’excuse pour justifier des oeuvres fantastiques, de La momie à Stargate. Sans eux, on pourrait mal justifier des idées saugrenues, fumeuses et rigolotes.

Bon,visiblement, il a fallu jouer avec un budget très limité. Emmener cinq comédiens au Maroc pour le tournage a visiblement coûté bonbon puisque rapidement il n’y a plus grand monde à l’écran. Deux archéologues et deux journalistes. Plus un geek sympa et un militaire costaud. On a bien vu quelques indigènes au début du métrage mais rapidement c’est un peu le désert de Gobi qui s’installe dans Pyramide.

Tout est un peu kitsch, tout comme la situation initiale complètement tirée par les cheveux avec des comédiens peu investis. Le défi du réalisateur est donc de faire tourner ses acteurs dans des décors obscurs, réutilisés à l’infini pour nous faire croire qu’à chaque croisement, nous nous retrouvons dans un labyrinthe mortel.

Et quand tout devient obscur (ou chiant), il y a toujours un petit hiéroglyphe pour nous prévenir d’un grand danger qui va de toute façon réduire en bouillie toute la petite équipe. Dans des couloirs étriqués, Levasseur tente de faire un film en found footage (caméra à la première personne) mais il ne tient pas la distance et son film devient aussi labyrinthique en terme de lisibilité. C’est filmé franchement n’importe comment, cherchant bêtement à nous faire sursauter une ou deux fois. Difficile d’être indulgent avec ce petit produit de consommation qui gâche une bonne idée.

De Pyramide, le jeu de Patrice Laffont laissera un meilleur souvenir!

Avec Ashley Hinshaw, Denis O’Hare, James Buckley et Christa Nicolas – 20th Century Fox – 6 Mai 2015 – 1h29

Auteur: Le Z au Top

Partager cette chronique sur

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

? *
Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

IP Blocking Protection is enabled by IP Address Blocker from LionScripts.com.